Ouverture

sans-titre (10)En début de saison j’avais annoncé que je souhaitais ponctuellement « ouvrir » mon blog à d’autres plumes pour traiter de sujets divers en liaison directe avec les arts martiaux. Cela dans le but de confronter des points de vue et ne pas limiter notre enrichissement au domaine technique et physique. C’est aussi une façon d’appliquer le principe de prospérité mutuelle qui est attaché à notre art, le distinguant ainsi d’une simple méthode de combat. Les points de vue n’engagent que leurs auteurs et ils ne seront pas froissés que vous puissiez leur apporter votre point de vue, même discordant. Cela s’appelle le débat. Concernant le texte que j’ai le plaisir de vous proposer aujourd’hui, je ne peux qu’y apporter toute mon approbation.

L’auteur que j’ai amené de la ceinture blanche à la ceinture noire  s’appelle Raphaël Gutmann, il est conseiller de synthèse à Praxis international (cabinet de conseil en leadership), professeur à PSB (Paris School of Business) et donc ceinture noire de ju-jitsu. Merci à lui et bonne lecture. (Photo d’illustration prise en juin 2012) 

Intégrité

Par Raphaël Gutmann

Comment écrire des vœux après les récents attentats ? Quel sens a la pensée quand des actes s’attaquent, blessent et amputent notre intégrité physique et morale ? Pas envie de théorie, mais plus de pratique. De l’horreur et du traumatisme que nous subissons, le seul intérêt est l’apprentissage par l’expérience. Autrement, rien de nouveau, et bonjour la répétition : de nouveaux massacres, de nouveaux discours, et de nouveaux vœux vains.

Face à la menace, le recours à la légitime défense est revendiqué. Toutefois ce droit est très encadré. Selon l’article 122-5 du code pénal français, la réaction à « une atteinte injustifiée » est légitimée à condition qu’elle s’accomplisse « dans le même temps », qu’elle soit « strictement nécessaire », et que « les moyens employés [soient] proportionnés.» Ces conditions sont des garde-fous pour empêcher tout abus. Pourtant, elles sont en partie irréalistes, sauf si nous vivons dans une fiction.

Dans les westerns ou les films d’arts martiaux, les gentils ont toujours la possibilité de réagir « dans le même temps » que l’agression. Le méchant dégaine en premier, et le bon ne fait que se défendre. Pourtant, la pratique des sports martiaux m’a prouvé que la seule manière certaine de l’emporter était d’anticiper et d’avoir un demi temps d’avance. Pour cela, il est essentiel de lire l’intention de son adversaire ou de son ennemi. Avant même d’agir, il faut le regarder, et non pas détourner les yeux, ce qui n’est pas naturel et exige en réalité beaucoup de courage, puisque voir c’est déjà reconnaître la menace, et se préparer à l’éventualité du combat.

Pendant des décennies, nous avons jugé comment d’autres nations protégeaient leur territoire en se tenant à cette définition théorique de la légitime défense?: murs et guerres préventives ont été dénoncés et vilipendés. C’est si simple de condamner quand nous ne sommes pas en danger. Et maintenant, qu’allons-nous faire alors que nous réalisons que notre intégrité est agressée?? Protéger et défendre exigent un grand investissement humain et financier. Que l’on engage une armée ou un avocat pour assurer son intégrité, le coût est toujours important.

L’anticipation et la prévention sont de grandes qualités de leadership. Tout cela me rappelle un proverbe que ma mémoire a sans doute déformé : celui qui est intelligent corrige ses erreurs, tandis que le sage les évite. J’espère donc que les sages, qui n’hésitent pas à agir, seront plus présents dans nos instances dirigeantes.

Version anglaise :

How can we write our wishes after the recent terrorist attacks? What’s the use of theorizing when actions are being taken to attack, injure and amputate our physical and moral integrity? What we want is more practice and less theory. The only lesson to be drawn from the current horror and trauma is to learn by experience. Otherwise, nothing changes and the repetition starts with new massacres, new speeches, and new vows written in vain.

When faced with a threat, the claim is made for self-defence, but this right is subject to a number of constraints. Article 122-5 of the French Penal Code states that reacting to an « unjustified attack » is legitimized, provided that the reaction occurs « at the same time », that it is « strictly necessary », and that the « means used [are] proportionate ». These provisions are intended as a safeguard against abuse, yet they are somewhat unrealistic, unless we’re living in a storybook.

In Westerns or martial arts films, the good guys can always react « at the same time » that they are attacked. The bad guy draws first and the good guy simply defends himself. However, practising martial arts has shown me that the only sure way of defeating your adversary is to anticipate his move and to act just before he does. The ability to read the intention of your adversary or enemy is therefore essential. Before you even act, you must look at your opponent instead of averting your eyes. This is not a natural reflex but one which, in reality, takes great courage because perceiving a threat lets you recognize it and prepare for battle.

For decades we used this theoretical definition of self-defence to judge the way other nations protected their territories. Walls and preventive wars were denounced and vilified. It is so easy to condemn others when we are out of danger, but what are we going to do now that our own integrity is under attack? Protection and defence require significant human and financial investment. Whether we are mobilizing an army or hiring a lawyer to defend our integrity, the cost is always high.

Anticipation and prevention are major leadership qualities. This reminds me of a proverb which, pieced together from my memory, says « an intelligent man corrects his errors; a wise man avoids them ». My hope is that the wise ones, who don’t hesitate to act, will be more present among our decision-makers.

 

Commentaires

  • Bonjour ,
    Merci pour ce très bon article , je suis tout à fait d’accord avec M.Raphaël Gutmann , mais malheureusement le monde dans lequel nous vivons , les  » bons  » sont souvent la proie des  » méchants  » ! Grace aux arts martiaux nous avons appris et continuons à le faire ; la légitime défense . Je l’enseigne aussi à mon fils au cas où il se ferait aggresser dans la rue. Le Jujitsu est un art merveilleux dans lequel nous retrouvons le plaisir de la vie : apprendre et transmettre .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.