Rentrée et fidélité

Ca y est, avec la rentrée scolaire, la nouvelle saison commence  vraiment. Début septembre c’est le moment ou de bonnes résolutions sont prises : s’inscrire pour une activité physique (un art martial nommé jujitsu, par exemple) ou simplement continuer celle de l’année passée. La seconde résolution est une aussi louable que la première. En effet, les statistiques nationales des fédérations  révèlent le chiffre colossal d’environ 60% d’abandon par an !
Cette situation amène quelques réflexions.
Premièrement les  clubs – s’ils veulent garder leur effectif – doivent renouveler 60% de leurs élèves chaque année ! Deuxièmement, avec une telle érosion (sans savoir au bout de combien de saisons de pratique se situe le pic des abandons) il n’est pas évident pour un professeur de former ses élèves, pour la ceinture noire, par exemple. Seulement un ou deux pour cent des ceintures blanches atteignent ce grade. Les arts martiaux sont encore d’avantage que d’autres activités l’école de la patience, or  l’arrêt  se situe bien souvent au moment ou la pratique devient intéressante !  Dommage ! Troisièmement, ce pourcentage d’abandon ne fait qu’augmenter au fil des années. Sans aucun doute nous avons devant nous le reflet de l’évolution de notre société qui se trouve  confrontée à une multitude d’offres dans le domaine des loisirs et incite à la multiplication des  expériences. La curiosité est sans aucun doute satisfaite (et encore), mais  surement pas l’épanouissement qui résulte d’une pratique s’inscrivant dans la durée.
Comment y remédier ? Certes il existe des abandons inévitables ou compréhensibles : Maladie ou accident, déménagement, changement de situation personnelle ou professionnelle, etc. Mais pour les autres cas de figures pouvons-nous lutter contre l’évolution des mentalités et des comportements! La proposition et la mise en valeur de certains objectifs tels que les ceintures qui existent dans les arts martiaux est essentielle. Mais – en tant qu’éducateurs – nous sommes investis de la lourde tache qui consiste – en plus de l’acquisition et le perfectionnement des techniques – à inculquer des valeurs de patience, de rigueur. Le tout dans un contexte ou l’étudiant ne se découragera pas, confronté qu’il pourrait être trop fréquemment   à des situations d’échec, à des pratiques dangereuses, ainsi qu’à la lassitude. Faire aussi du dojo un lieu de convivialité, d’amitié et d’innovation  est aussi une garantie de fidélisation.
En conclusion, le dojo doit retrouver toute l’expression de sa traduction : un lieu où l’on trouve la voie ! Cela dans le domaine technique, mais aussi et surtout dans l’épanouissement général de chaque individu.
Bonne rentrée et bonne saison 2010/2011   

Site du club Eric Pariset: www.jujitsuericpariset.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.