Suite de l’histoire de mes démonstrations, troisième partie

A partir de 1978 commença une longue période de démonstrations effectuées  en compagnie d’un nouveau partenaire : François Bernier. Il officia en tant que Uke jusqu’en 1984. Il s’était inscrit au club de la Rue des Martyrs en 1973 et avait rapidement gravi les échelons grâce à une pratique intensive.

Six années de démonstrations à travers la France et à l’étranger, mais aussi à l’occasion de quelques événements majeurs comme la « Nuit des arts martiaux » organisée par le magazine « Karaté-Bushido » en 1982 à Coubertin (le deuxième épisode d’une série, qui s’appelle maintenant le « Festival des Arts Martiaux), le Tournoi de Paris en 1983 et l’inauguration de Bercy en 1984 lors d’une soirée organisée par les fédérations d’arts martiaux, qui – pour une fois – s’étaient associées.

Ces prestations ont permis au ju-jitsu que je véhiculais de s’imposer  dans le monde des arts martiaux au-delà de celui du judo, et au-delà des frontières.

Si démontrer sa discipline dans des salles aussi importantes  que Coubertin ou  Bercy, représente de grands moments,  il est aussi important et peut-être plus chaleureux de le faire à l’occasion de galas en province.

Dans des salles plus modestes ont ressent davantage  la chaleur du public et son enthousiasme pour peu que la prestation l’enchante. Ensuite, à l’occasion des « après-galas » (à l’image de certaines  troisièmes mi-temps)  qui ne manquent pas d’être organisés, c’est l’occasion de contacts directs avec les dirigeants et  les pratiquants du club organisateur. Ces « après galas » », qui nous emmenaient systématiquement  jusqu’à plus d’heure, étaient la garantie de rudes lendemains. Mais la satisfaction du travail bien accompli, les nouvelles connaissances, les échanges et l’assurance d’excellents souvenirs effaçaient toute fatigue.

C’était aussi l’occasion de créer de nouvelles relations durables. Il n’était pas rare de retourner plusieurs fois dans certaines régions. Je pense notamment à la Vendée, chez Louis Renaudeau évoqué dernièrement à l’occasion de sa triste disparition. Entre les stages et les démonstrations j’ai dû me rendre une dizaine de fois dans le bocage vendéen. La disparition de Louis m’a beaucoup peiné.

Durant cette période de démonstrations qui allait de 1978 à 1984, il y eut une date particulière, c’était en 1982, à l’occasion des deuxièmes championnats du monde de Judo féminins qui se déroulaient en France à Coubertin. Nous étions au début de la deuxième étape de ce que l’on a appelé « la relance du ju-jitsu » avec entre autres actions la mise en place d’une commission nationale au sein de la FFJDA. L’occasion était belle de promouvoir ce renouveau  et il était logique que ce soit une femme qui le fasse en endossant le rôle de Tori.  Ce jour-là, j’avais repris celui de « Uke », et c’est une de mes élèves ceinture noire, Marie-France Léglise, qui me « maltraitait ». Je me souviens d’une partenaire  paralysée par le tract devant un Coubertin plein à craquer. Il faut avouer que pour une première ce n’est pas évident. Je peux affirmer que nous avons réussi notre pari et marqué les esprits. Lors de cette journée, l’équipe de France féminine de judo avait « envahi » les podiums, installant définitivement le judo féminin – et français en l’occurrence – à la place qu’il méritait.

Pour l’anecdote, c’est à cette occasion que sont nés deux enchaînements majeurs avec une première approche des « 16 techniques » et des « 24 techniques ». Si je voulais favoriser le côté spectaculaire de notre discipline avec une grande partie « des 16 », j’avais à cœur de la présenter comme une méthode structurée et très technique en présentant  quelques techniques « des 24 ».

Ces prestations peuvent avoir  plusieurs vertus : celles d’enchanter le public, de faire connaître la discipline et parfois, comme ce fût le cas, d’être à l’origine de créations qui bénéficieront aux élèves en intégrant les programmes d’enseignement.

C’est aussi au cours de cette période que j’ai commencé à mettre de la musique sur les démonstrations. En France, j’ai dû être l’un des premiers à oser. Maintenant, on ne pourrait imaginer le contraire. Je me souviens que justement c’était en province, à Oyonnax dans l’Ain, une ville dans laquelle nous nous sommes rendus trois années de suite. C’est sur une musique de Jean-Michel Jarre que nous avons effectué cette première.

La prochaine partie de cet historique couvrira une décennie, celle allant de 1985 à 1995.

Vous pouvez trouver davantage de photos sur la page Facebook du club : Club Jujitsu Eric Pariset

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.