Judo et ju-jitsu : complémentarité et indissociabilité

Ci-dessous un (très) long article de fond. Il a déjà été publié, mais je pense qu’il peut être relu ou découvert. Il s’agit d’une opinion que je défend à l’aide des lignes qui suivent.

Il n’est pas indispensable de pratiquer les deux pour être bon dans l’un ou dans l’autre, mais nul ne peut contester que le ju-jitsu et le judo sont intimement liés et qu’ils possèdent une indiscutable complémentarité, à condition d’être compatibles, nous y reviendrons plus bas.

Jigoro Kano ne s’est-il pas inspiré de certaines écoles de ju-jitsu pour mettre au point sa méthode qu’il a nommé judo ?

Beaucoup plus tard dans notre pays,  au tout début des années 1970, à l’initiative de mon père, Bernard Pariset, le ju-jitsu (quelque peu oublié)  fût réhabilité et  remis en valeur au sein de la fédération de judo. Il n’était pas question de mettre en place une concurrence au judo, bien au contraire, mais une complémentarité évidente.

L’objectif étant la revalorisation  d’un  aspect du judo délaissé et qui  pourtant était à son origine, à savoir l’aspect utilitaire. Il s’agissait tout simplement de proposer un « plus ». Une corde supplémentaire à l’arc des professeurs qui souhaitaient élargir leurs possibilités d’accueil dans les dojos, c’était une simple réappropriation.

A cette époque, le judo connaissait un important développement, mais c’est l’aspect  sportif  qui prédominait. Dans l’enseignement, les autres secteurs étaient quelque peu délaissés, ce qui excluait une bonne partie d’une population à la recherche d’un art martial axé sur la self défense. Celle-ci se tournait alors vers d’autres disciplines.

Il était tout simplement question de réhabiliter et de se réapproprier des techniques qui avaient été délaissées.  Au sein même de la fédération, cela n’a pas toujours été bien compris. Il a fallu que l’initiateur de cette remise en valeur bénéficie de l’écoute et de la confiance d’Henri Courtine, le Directeur technique national de l’époque, pour que ce projet aboutisse.

Par leurs histoires, le judo et le ju-jitsu sont donc intimement liés,  ce qui entraîne forcément  une indiscutable  complémentarité technique. Ils forment d’ailleurs un ensemble et s’il y a deux appellations, c’est pour souligner des spécificités qui ne sont pas antagonistes.

Ceci étant, il existe  différentes  méthodes et écoles de ju-jitsu. Elles  possèdent chacune leur identité, parfois bien différentes les unes des autres. Celle dont il est question, appelée « atemi ju-jitsu »,  avait pour objectif d’être interchangeable  avec le judo. C’est-à-dire que  le professeur  pouvait enseigner sans difficulté, s’il le souhaitait, le judo et le ju-jitsu et les pratiquants avaient la possibilité de passer  de l’un à l’autre. Le mot « atemi » avait été associé pour signifier la remise en valeur de techniques qui appartenaient par le passé au « patrimoine » judo-ju-jitsu.

Simplement, pour que les deux soient complémentaires et compatibles, certaines conditions doivent être respectées,  ce n’est pas toujours  le cas.  Ce que j’expose est mon sentiment, un sentiment qui, au fil des ans, n’a pu que se renforcer et  se matérialiser par une constante satisfaction de mes élèves tout au long  des décennies consacrées à l’enseignement.

Le ju-jitsu que j’appellerai « traditionnel » peut être considéré de différentes façons. D’abord comme une discipline à part entière, ou encore comme une complémentarité au judo. Au même titre que l’inverse peut l’être tout autant. Mais le ju-jitsu doit rester un art martial à but non compétitif, axé sur le self défense et proposant des techniques interdites en judo, parce que trop dangereuses en opposition directe, mais terriblement efficaces en situation. Instaurer des compétitions d’affrontement direct en ju-jitsu est contre-nature, et de plus cela installe une concurrence directe avec le judo, c’était l’inverse de l’objectif initial (complémentaire, mais pas concurrent).

Le ju-jitsu en compétition ce n’est plus vraiment du ju-jitsu. Je ne suis pas contre la formule, mais contre l’appellation. « judo boxe » ou « karaté judo » seraient plus appropriés.  Il faut aussi remarquer (et regretter) qu’à partir du moment où des compétitions existent dans une discipline, les professeurs ont tendance à n’enseigner que les techniques autorisées par le règlement qui y est attaché. Un règlement forcément restrictif.

Ensuite, sur le plan purement technique, si on souhaite que les deux soient –  et restent –  compatibles et complémentaires, il est indispensable que des attitudes comme la garde et les techniques communes (projections, clés, étranglements) soient les mêmes, ce qui malheureusement n’a plus été le cas à partir de 1995.

Cette compatibilité  entraîne trois conséquences positives. D’abord elle offre  une rapide adaptation pour les professeurs, ensuite les élèves peuvent  passer sans aucune difficulté de l’un à l’autre, enfin et ce qui n’est pas le moins important, cela  procure  une réelle efficacité  en matière de self défense grâce à l’osmose entre les différentes composantes (coups, projections, contrôles). Cela n’a pas été le cas avec les compétitions techniques appelées « duo system » dans lesquelles les pratiquants affichent des gardes très basses, incompatibles avec certaines grandes projections  du judo.

Développons ces trois points.

D’abord la facilité d’adaptation des professeurs. Quand la « relance » du ju-jitsu a été mise en place, il fallait les convaincre et leur faciliter la tâche en mettant à leur disposition  une méthode dans laquelle ils allaient pouvoir rapidement se reconnaître et donc s’adapter. En fait, c’est une sorte de calque qui leur a été proposé. Les projections, par exemple, peuvent être pratiquées dans la forme judo, à partir du kumi kata, mais aussi dans leur expression ju-jitsu, sur une attaque de « rue » : un coup de poing, une saisie, etc. Bref, une agression. Ce qui est ni incongru, ni exceptionnel dans la mesure où toutes les projections de base trouvent leurs origines à partir d’attaques à mains nues ou bien armées. C’est en quelque sorte leur première raison d’être.

Deuxième point : la facilité à ce que les pratiquants passent  de l’un à l’autre, du judo au ju-jitsu, ou l’inverse (sans qu’ils en soient obligés, cela se faisant en fonction d’un ressenti), ce qui permet au professeur, comme indiqué plus haut de proposer deux aspects et d’élargir ainsi son champs d’action. Si les attitudes, sont radicalement différentes, par exemple une garde ju-jitsu très basse sur les jambes (comme dans le duo system »), les élèves rencontreront les plus grandes difficultés d’adaptation avec les grandes projections du judo, elles seront donc écartées de l’enseignement et de la pratique.

Troisième point : sur le plan de l’efficacité pure, cette osmose est indispensable. Prenons l’exemple d’un coup enchaîné avec une projection ; il est souhaitable que la position des jambes soit identique pour que l’enchaînement en question se fasse naturellement  et donc le plus vite possible. La rapidité étant un critère indispensable en matière d’efficacité ; pour cela il faut qu’existe une parfaite fluidité dans la liaison entre les différentes composantes. Et puis, ces attitudes de gardes très basses  ne se retrouvent  pas dans la rue.

Pour souligner cette indiscutable compatibilité, il est possible de faire un parallèle « coups/projections ». Exemple : mae-geri-keage enchaîné avec o-soto-gari ; on trouve une similitude dans la façon de lancer la jambe pour donner le coup et dans la préparation de la projection. Un second exemple avec yoko-geri de la jambe avant enchaîné avec harai-goshi. La similitude se trouve dans la façon adoptée par  Tori pour se rapprocher d’Uke, en croisant  les pieds (le pied gauche  venant se placer derrière le droit, aussi bien pour le coup de pied que pour la projection).  On peut aussi trouver un parallèle dans la façon de lancer la jambe sur l’arrière avec ushiro-geri keage et la dernière phase d’un uchi-mata. De même qu’un gedan-geri ressemblera à un harai-tsuri-komi-ashi, en termes de forme de corps et donc d’efficacité dans la liaison.

On peut aussi ajouter, ce qui n’est pas négligeable, qu’une  telle pratique du ju-jitsu apportera aux judokas le sens du timing, de la liaison et les randoris d’atémi renforceront le coup d’œil, les réflexes, la souplesse et la condition physique. Pour les jujitsukas, une pratique très technique des projections du judo et du travail au sol sera d’une incontestable utilité. Enfin, pour tous il permettra d’acquérir ce que l’on appelle le « sens du combat ». Celui-ci se transpose d’une discipline à l’autre. Le coup d’œil, l’anticipation, certains automatismes, etc.

En résumé, pour un enseignant la maîtrise du ju-jitsu et du judo permettra de satisfaire un nombre important de pratiquants : de la petite enfance en quête d’une méthode d’éducation physique et mentale,  à l’adulte qui est à la recherche d’un art martial efficace et accessible quelque soit son âge et sa condition physique, sans oublier les judokas souhaitant se réaliser temporairement  au travers de la compétition.

Tout cela devant s’effectuer en proposant, sans imposer.

Cette complémentarité semble tellement évidente qu’il est surprenant qu’elle ne soit pas suffisamment  comprise. Tout comme il est étonnant  et regrettable que le ju-jitsu le plus « compatible » avec le judo ne soit pas (ou très peu) enseigné au sein de la fédération de judo. Il n’est jamais trop tard…

Eric Pariset

Professeur de judo et de ju-jitsu

www.jujitsuericpariset.com

La régularité (et souvenirs)

Une fois inscrit dans un dojo, ce qui est une excellente initiative, il va falloir se décider, si ce n’est déjà fait, sur le nombre de séances hebdomadaires que nous allons consacrer à notre art.

Dans ce domaine, comme dans beaucoup d’autres, ce n’est pas la quantité, mais la qualité qui est importante. En termes de qualité, ce sera avant tout la régularité qui sera déterminante pour faire des progrès.

La fréquentation (le nombre de séances par semaine)  sera définie en  fonction des objectifs de chacun, de son temps libre, par rapport aux obligations familiales et professionnelles, mais aussi de sa condition physique du moment.

Au début, il s’agit d’être raisonnable, quitte à monter en puissance au cours de la saison. Je préfère quelqu’un qui affiche des prétentions raisonnables à un autre qui affirme vouloir s’entraîner tous les jours et que l’on ne voit plus au bout de quelques semaines. Surtout s’il s’agit d’un début dans la pratique ou encore d’une reprise après plusieurs années de diète physique.

Parfois, on me dit que pratiquer une seule fois par semaine, cela ne sert à rien. A cela je réponds qu’il vaut mieux pratiquer une fois par semaine que… zéro fois. Par contre si on ne peut consacrer qu’une séance hebdomadaire, il faudra s’astreindre à une indispensable régularité.

Cette régularité ne doit pas être considérée comme un effort ou une contrainte, mais tout simplement comme une discipline personnelle.  Un peu de rigueur avec soi-même ne peut pas nuire.

C’est vrai que tout au long de ma carrière j’ai assisté à une évolution dans le domaine de l’importance que l’on donne à la pratique d’un art martial.

Certes les objectifs ne sont pas les mêmes pour un athlète qui fréquente le haut-niveau et pour une personne qui inscrit ses entraînements dans le loisir. Cependant, il fût un temps où les séances étaient gravées dans le marbre, rien ne venait déranger le planning adopté en début de saison.

Parfois, il faut bien l’admettre, il existe l’impression que la ou les soirées de cours ne sont pas les priorités et parfois même qu’elles deviennent une sorte de « roue de secours » à l’occasion d’un soir durant lequel on n’a pas mieux à faire. Je caricature un peu mais, pour quelques-uns, la vérité n’est pas loin.

Comme souligné plus haut, je me souviens d’un temps où il ne fallait pas toucher aux soirées réservées à l’entrainement. C’était le cas, dans les années 1960 et 1970 dans bien des dojos et notamment dans celui qui a été mon premier, le dojo de la Rue des Martyrs. Les plus anciens qui l’on fréquenté régulièrement et même ceux qui étaient de passage n’ont pas oublié ce lieu qui mérite le nom de mythique, sans exagération sur le qualificatif.

Il y avait deux entraînements assez « forts » par semaine, c’était le mardi et le vendredi soir, et bien jamais il ne serait venu à l’idée d’en manquer ne serait-ce qu’un seul. Les sorties ne pouvaient en aucun cas être programmées un de ces soirs, tout comme l’acceptation où l’organisation d’un dîner !

Heureusement, il reste encore des pratiquants qui se fixent en début de saison cette discipline. Ils en seront doublement récompensés ; d’abord par des inévitables progrès et par une fierté vis-à-vis d’eux même.

Bonne pratique et bonne saison à toutes et à tous.

www.jujitsuericpariset.com

Le professeur (et le premier professeur)

Voilà encore un beau « marronnier », à l’instar de celui de la semaine dernière qui traitait du choix d’une discipline. Comme nous sommes en début de saison, j’ai pensé que proposer à nouveau l’article qui suit n’est pas inutile.

Il y a des professeurs qui ont une technique parfaite et une très bonne pédagogie, c’est l’idéal. Il y a ceux qui ont une maîtrise technique moyenne mais une excellente pédagogie, c’est l’essentiel.  Il y a ceux qui maîtrisent parfaitement les techniques, mais qui ne possèdent qu’une pédagogie relative, c’est dommage. Enfin, il y a ceux qui sont mauvais techniciens et mauvais pédagogues, heureusement ils sont rares ! Ces derniers ne doivent pas avoir beaucoup d’élèves, sauf s’ils n’ont pas de concurrence, et encore.

La semaine dernière j’évoquais le choix d’une discipline, mais le choix du professeur est tout aussi important. Démontrer parfaitement une technique est une chose,  qu’elle soit assimilée par les élèves, en est une autre. « L’essentiel n’est pas ce que l’on enseigne, mais ce que les élèves apprennent ». Cette citation d’André Giordan (dont vous trouverez le parcours sur Internet) est éloquente. Un cours n’est pas un show et les explications se doivent d’être concises et ne pas se transformer en un discours interminable.

Comment savoir si l’enseignant d’un dojo est compétent et s’il nous conviendra ? Un néophyte est forcément privé de moyens d’évaluation.  Il y a la réputation bien évidemment, mais encore faut-il que celle-ci soit fondée  sur ce que nous recherchons. Un professeur peut former d’excellents champions, mais si l’objectif est de trouver une pratique utilitaire ou essentiellement tournée vers le loisir,  ces compétences là ne seront pas utiles.

Si c’est  un ami qui nous conduit dans son dojo, ce qui est souvent le cas, il est préférable (là aussi) que les aspirations de cet ami soient en concordance avec les nôtres.  Il faudra donc souvent  s’en remettre à la première impression et surtout ne pas avoir peur d’échanger avec le professeur et avec quelques habitués du dojo avant de s’engager.

Le métier de professeur, quelle que soit la discipline enseignée (français, mathématiques, chant, danse, arts martiaux, etc.) est un des métiers les plus beaux mais aussi les plus difficiles. Lors des sinistres confinements qui nous avaient été imposés, beaucoup de parents, obligés de faire la classe à leurs enfants, ont pris conscience de cette réalité. Certes, chacun son métier et on peut opposer que c’était difficile pour eux dans le mesure ou ce n’est pas le leur, mais quand même…!

Pour être enseignant il est préférable de posséder quelques prédispositions, mais cela ne suffit pas. Georges Brassens disait : « Le talent sans le travail n’est qu’une sale manie ». Donc, il faut toujours se remettre en question à chaque début de saison et veiller à ce que la passion ne s’éteigne jamais.

L’une des principales qualités d’un professeur qui s’adresse à différentes populations, comme c’est souvent le cas dans les arts martiaux, c’est d’être capable de s’adapter à l’âge et au niveau technique des élèves. Et en particulier aux débutants (qui sont les ceintures noires de demain). D’où l’importance du « premier professeur », celui qui bâtit les fondations. J’ai souvent insisté sur ce point essentiel. J’avais même cité en exemple l’ex danseuse étoile, Marie Agnès Gillot, résidant à Paris et qui accompagnait son fils chaque semaine en Normandie pour qu’il commence la danse avec celui qui avait été son premier professeur.

Dans le domaine qui est le nôtre, le professeur est un passeur de technique, mais il est aussi le transmetteur des fortes valeurs attachées aux arts martiaux, notamment ce fameux « Code moral », souvent affiché, pas toujours appliqué !

Donc, au moment de commencer, il est préférable de ne pas se tromper. Les mauvaises habitudes se prennent plus vite que les bonnes et elles sont tenaces.

Avec le temps on se souviendra que c’est à ce premier professeur que l’on doit d’être le pratiquant qu’on est devenu ; il nous a fait découvrir et aimer une discipline et un art dans lequel nous nous épanouissons.

A titre personnel, j’ai eu la chance d’avoir un professeur qui s’appelait Bernard Pariset, c’était mon premier professeur, mais aussi et surtout mon père.

www.jujitsuericpariset.com

Le choix…

En terme journalistique, cet article s’appelle un « marronnier », c’est-à-dire un sujet qui revient tous les ans à la même époque.

Ça n’échappe à personne qu’une nouvelle saison commence, c’est-à-dire que nous sommes « à la rentrée ». Cette année il s’agit d’une rentrée presque normale, ce qui n’était pas le cas depuis les débuts de cette crise sanitaire.

Beaucoup de pratiquants vont retrouver leur discipline, leur dojo et leur professeur. Quant aux novices, souvent pour eux se pose la question du choix.

Il existe des différences techniques et des objectifs distincts entre les arts martiaux ; ils guident naturellement les choix. Entre l’aspect compétition, le côté utilitaire, un travail « interne » et le sport loisir, il y a des offres différentes. Mais ce qui n’est pas non plus négligeable, c’est le choix d’un professeur. Il n’y a pas de bonnes, ni de mauvaises disciplines, par contre c’est parfois la façon de les enseigner qui les distinguent. Il y a le niveau technique, mais surtout la pédagogie et l’état d’esprit, la “philosophie” de l’enseignant, c’est-à-dire sa conception de l’art martial et sa façon de l’enseigner. Il faut s’assurer que ces éléments nous correspondent, pour cela, il faut pouvoir faire une séance d’essai.

Si un débutant n’est pas forcément en capacité de juger du niveau technique du professeur, par contre il est capable d’avoir un ressenti global. Souvent, la première impression est la bonne. Si, notamment, en tant que débutant, il est satisfait de la façon dont on s’est occupé de lui, si ce n’était ni trop dur techniquement ni physiquement.

Ceci étant, ce n’est pas toujours évident, quand il n’y a pas suffisamment de cours dans la grille horaires, de pouvoir satisfaire tous les niveaux, cependant, il est indispensable que chacun puisse travailler son programme.

Pour revenir à l’ambiance générale du dojo, il y a le professeur, mais il y a aussi les élèves. Bien souvent, ils véhiculent un état d’esprit identique. Il est important de s’assurer que, comme dans tout dojo qui se respecte, l’entraide n’est pas qu’un mot et que les anciens sont là aussi pour s’occuper des débutants. La transmission se fait par le professeur mais aussi par les plus gradés.

Avant de pénétrer dans un dojo, on peut aussi se fier à sa réputation, mais c’est avant tout un ressenti personnel qui sera déterminant.

Pour ma part, je suis heureux de pouvoir enfin renouer avec un enseignement régulier, à partir de cette semaine. Refaire mon métier, partager ma passion, donner  des connaissances techniques et du plaisir à ceux qui le souhaitent, voilà un beau programme.

www.jujitsuericpariset.com

 

le ju-jitsu, petite fiche technique et la rentrée…

Le ju-jitsu se compose de techniques de coups (atemi-waza), de projections (nage-waza) et de contrôles (katame-waza).

Ses principes de base sont la non opposition et l’utilisation de la force de l’adversaire ; de façon directe ou en utilisant  le principe d’action réaction.

L’utilisation des coups (atemi-waza) aura pour principal objectif de déséquilibrer.

Pour projeter un adversaire (nage-waza) on utilise différents mécanismes. La bascule au-dessus du centre de gravité, la suppression d’un point d’appui ou empêcher l’adversaire de reprendre l’équilibre sur l’avant  ou sur l’arrière, et quelques autres. Comme indiqué plus haut, le déséquilibre nécessaire pourra aussi est provoqué par un coup.

Les contrôles (katame-waza) ont une importance majeure dans la mesure où ils permettent de maîtriser quelqu’un sans forcément mettre ses jours en danger.

En ju-jitsu toutes les défenses sur toutes les situations d’attaque sont étudiées, debout mais aussi au sol.

On apprend à riposter sur des agressions à mains nues ou bien armées.

Des situations de défense contre plusieurs adversaires sont prises en considération.

Pour bien pratiquer le ju-jitsu, il est indispensable de maîtriser les « ukemis », les brise chutes. Sur l’arrière et sur l’avant. C’est incontournable lors des répétitions, mais également conseillé afin de limiter les dégâts lors d’une perte d’équilibre dans la rue, sur de la glace par exemple.

Le ju-jitsu est une méthode de self défense efficace, pour peu qu’on la pratique de façon régulière, mais c’est aussi  une “école de vie”. Elle apporte un bien être physique et mental et contribue à une meilleure vie en société.

L’apprentissage des techniques de combat doit avoir comme objectif de ne jamais avoir à s’en servir, sauf cas de force majeure. De plus, dans la pratique, le but est éducatif et non destructif, nous ne sommes pas dans un dojo pour nous faire mal, mais pour apprendre à ne pas nous faire mal.

Concernant le ju-jitsu, il existe beaucoup d’écoles et de styles, celui que je pratique et enseigne est à but non compétitif, de façon à ce qu’il conserve son aspect traditionnel et l’ensemble des ces techniques originelles.

En effet, la compétition impose un règlement et la suppression de certaines techniques jugées, à juste titre, trop dangereuses. De fait, c’est une partie de l’efficacité qui est confisquée.

Quelle que soit la discipline que vous pratiquez, je vous souhaite une bonne rentrée.

Encore quelques mots pour clore cet article en insistant sur le fait que lorsqu’on inscrit en septembre dans un dojo, il faut se faire la promesse d’aller jusqu’au bout de la saison, et bien plus encore.

www.jujitsuericpariset.com

Premiers pas en ju-jitsu à Niort

Comme indiqué la semaine dernière, je vais pouvoir commencer à diffuser mon art martial à Niort durant cette saison. Les cours se dérouleront le mercredi et le vendredi soir. Ce vendredi (le 2 septembre), je propose une séance découverte de 18 h 00 à 19 h 00. Débutants et confirmés seront les bienvenus. Une façon pour les novices de découvrir quelques techniques de base et faire leurs premiers pas en ju-jitsu.  Pour les pratiquants (quelque soit leur discipline) cela permettra de se remettre en jambes et de refaire « des gammes ». Cette séance est sans aucun engagement. Merci d’indiquer votre présence. Rendez-vous vendredi à l’IME à 18 h 00. Renseignements complémentaires 06 14 60 28 25. eric@pariset.net     www.jujitsuericpariset.com

 

La rentrée

Nous voilà à quelques jours de la prochaine rentrée. Nous espérons tous qu’elle sera moins difficile que celles que nous avons vécues depuis maintenant trois saisons.

A titre personnel, l’horizon s’éclaircie quelque peu. L’entraide mutuelle qui caractérise les arts martiaux a pu se manifester grâce à une personne qui a œuvré pour me permettre de bénéficier de créneaux horaires à Niort, à l’Institut Médico Educatif de Niort. Il s’agit d’Eve Bourreau, une enseignante  6ème dan de karaté, dotée d’une solide réputation. J’en profite pour lui réitérer mes très sincères remerciements.

Quand vous avez un genou à terre, parmi les personnes qui ont les moyens de vous aider, il y a ceux qui vous tendent la main, et puis il y a ceux qui vous casseraient bien l’autre genou.

Donc, je vais pouvoir, après deux ans et demi de galère, renouer avec mon métier de façon un peu plus régulière que cela a été le cas depuis le cataclysme provoqué par la gestion de la crise sanitaire.

Je bénéficierai donc de deux jours, mercredi et vendredi, dans lesquels j’encadrerai des cours pour enfants et pour adultes.

Bien sûr, je continuerai les stages. Durant les dernières saisons, ces rassemblements m’ont permis de me maintenir moralement  et physiquement.

Cela ne m’a pas empêché de manifester une colère légitime par rapport à un traitement d’une flagrante injustice. D’ailleurs, j’attends toujours des réponses aux différents courriers adressés à bon nombre de nos dirigeants.

Donc, les personnes résidant  à Niort et dans ses environs et qui sont intéressées par les cours que je proposerai à partir du mois de septembre peuvent me contacter directement pas mail, téléphone ou message privé.

Il y aura des cours pour les enfants et des cours pour les adultes. Des cours de ju-jitsu, évidement.

Ceux qui me suivent connaissent mon attachement à l’aspect éducatif. Il n’est  pas question d’ajouter de la violence à celle qui enlaidit régulièrement notre société.

Pour les enfants, il s’agit d’éducation physique, mais aussi d’une éducation complémentaire à celle de la famille et de l’école. Un complément quant à la vie en groupe, avec des consignes et des comportements à apprendre et à respecter. Mais il s’agit aussi de l’apprentissage de techniques de combat, avec comme principale consigne le contrôle, en prenant conscience des capacités de son corps, ne serait-ce que pour ne jamais à avoir à les utiliser dans la réalité, sauf cas de force majeur. S’élever, et non s’abaisser à de basses utilisations. Quant au développement physique adapté à l’âge, cela se fera de façon harmonieuse, il ne s’agit pas d’efforts trop violents, dont l’aspect néfaste est évident. Enfin, et c’est peut-être aussi important que le reste, l’aspect ludique est incontournable. Les enfants sont là, aussi, pour s’amuser.

Quant aux adultes, c’est une pratique adaptée à toutes les conditions physiques et à tous les âges. Au travers d’une méthode de défense très efficace, ils découvriront une discipline qui permet d’améliorer sa condition physique, sa souplesse et sa tonicité. Une pratique sérieuse n’empêche pas de prendre beaucoup de plaisir avec une ambiance décontractée dans laquelle l’aspect ludique n’est jamais éloigné.

C’est donc une rentrée dans laquelle je mets beaucoup d’espoir.

A bientôt sur les tatamis.

eric@pariset.net  06 14 60 18 25  www.jujitsuericpariset.com

Non opposition !

Il y a quelques temps j’avais évoqué le projet de publier « Mon dictionnaire des arts martiaux », mais préoccupé par de graves  événements, j’ai mis de côté la finalisation d’un travail déjà bien commencé. Dernièrement, je m’y suis attelé à nouveau.

Pour cet article, j’ai pioché pour tomber sur la lettre O, comme Opposition, plus exactement comme non-Opposition.

« Surmonter l’habitude d’employer la force contre la force est une des choses les plus difficiles de l’entraînement du judo (et du ju-jitsu). On ne peut espérer progresser sans y parvenir ». Jigoro Kano

Il serait dommage d’oublier que la non-opposition est « le principe de base » du ju-jitsu, notamment celui de l’École traditionnelle Yoshin Ryu (Ecole du cœur de saule), l’une de celles qui avait largement inspiré Jigoro Kano lorsqu’il a souhaité « ressusciter » notre art martial. Malheureusement certains ont tendance à l’oublier.

Avec la non-opposition, nous sommes en présence d’un principe d’une grande intelligence. Il mériterait de ne pas être simplement utilisé dans les affrontements physiques, mais aussi dans le quotidien.

L’opposition frontale ne peut donner raison qu’au plus fort physiquement et dans la société elle ne débouche jamais sur un accord constructif. N’allons pas jusqu’à mettre en avant le dicton populaire suivant : « il vaut mieux céder à l’âne que le tuer », mais on peut s’en inspirer.

Plusieurs principes sont attachés au ju-jitsu, mais celui de non-opposition régit les autres : addition de forces, utilisation de celle de l’adversaire, action-réaction, etc.

Ces principes ne sont applicables qu’en association avec celui de non-opposition.

Il s’agit tout simplement de se retirer de la trajectoire d’une force qui avance sur vous.

Ensuite, première possibilité, sans s’en occuper davantage, la laisser s’éteindre dans le vide.

Autre possibilité (si l’on veut maîtriser celui qui attaque), celle qui consiste à conduire la force en question, en y ajoutant la nôtre ; ce sont les principes d’utilisation de la force de l’adversaire et de l’addition des forces. On peut aussi y ajouter simultanément un obstacle, au niveau des jambes de l’attaquant, par exemple, afin de le faire chuter. Cette dernière description, sommaire j’en conviens, pourra servir de première explication pour une technique comme hiza-guruma, permettant de bien la comprendre et de bien l’assimiler.

Autre exemple avec tomoe-nage où on sacrifie son corps au détriment de l’attaquant. Comme le démontre la  figurine qui illustre cet article. Figurine réalisée en son temps par mon père, Bernard Pariset.

Ce principe général de non-opposition n’est en aucun cas un signe de renoncement, mais tout simplement l’incarnation du bon sens. Force contre force, c’est forcément…le plus fort qui gagne. Et puis, utiliser la force de l’adversaire en commençant par ne pas s’y opposer, c’est aussi un moyen de ne pas gâcher sa propre énergie.

Cette non-opposition, comme indiqué en introduction de cet article, est également utile dans les rapports humains, c’est ce que prônait Jigoro Kano, lorsqu’il disait : « Le conflit se fait au détriment de tous, tandis que l’harmonie se fait au bénéfice de chacun ».

Ce principe qui permet de vaincre la force brutale, qui avec un peu d’entraînement donne la possibilité à tous de ne pas subir la loi du plus fort est, de mon point de vue, sans jeu de mot, la principale force du ju-jitsu.

Terminons cet article avec une dernière citation : «Qui apprend à céder est maître de la force » Lao Tseu.

Lettre ouverte à mon député

Lettre ouverte à Monsieur Bastien Marchive, Député de la 1ère Circonscription des Deux-Sèvres.

Monsieur le Député, Cher Monsieur,

Nous avons eu quelques échanges de courriels  avant votre élection pour laquelle je vous adresse mes félicitations.

Dans ces échanges je vous exposais la situation dans laquelle je me trouve. En effet je fais partie des petits entrepreneurs qui n’ont pas pu bénéficier des aides de l’État, mon entreprise étant trop jeune pour cela.

J’ai perdu mon outil de travail, mon travail et donc mes revenus, et la totalité de l’investissement réalisé juste quelques mois avant.

Je tente de retrouver du travail dans mon activité de professeur de ju-jitsu et d’arts martiaux, mais les portes ne s’ouvrent pas facilement.

Quant à me relancer dans une nouvelle création d’entreprise, il faudrait d’abord en avoir les moyens et ensuite prendre le risque d’une nouvelle fermeture entraînant une perte d’exploitation non indemnisée, comme ce fût le cas il y a deux ans.

C’est tout naturellement que je me tourne vers mon député pour lui demander des conseils et dans le meilleur des cas, une aide.

Je suis à votre disposition pour vous exposer à nouveau ma situation plus en détail.

Vous remerciant par avance pour l’attention que vous voudrez bien porter à ce courrier et dans l’espoir d’une réponse, je vous adresse, Monsieur le Député, Cher Monsieur, mes salutations très distinguées.

Eric Pariset

Professeur de ju-jitsu

eric@pariset.net

Fin juin : bilan et combat…

Dans notre activité, le mois de juin est propice à établir le bilan de la saison qui s’achève et pour envisager la prochaine. A titre personnel, celle-ci a commencé en pouvant remettre le « blanc de travail », alors que durant la saison précédente (2020/2021) cela n’avait pas été le cas ; du jamais vu dans ma carrière.

Les quelques stages que j’ai pu encadrer ces neuf derniers mois ont été une bouffée d’oxygène pour le moral, mais on ne peut pas encore parler de redressement professionnelle, loin s’en faut ; il y a des catastrophes qui ne se réparent pas d’un coup de baguette magique, même avec une volonté sans faille.

Revenons sur les trois derniers mois de juin :

En juin 2019, c’est avec une joie non dissimulée que j’ouvre un nouveau dojo à Paris, après plusieurs années difficiles dues à quelques coups du sort.

Un an après, en juin 2020, ce n’est pas un coup du sort, mais une injustice, qui m’oblige à rendre les clés du tout jeune dojo.

En juin 2021, c’était très spécial, en effet, comme indiqué plus haut, c’était la première fois dans ma vie de pratiquant, que je ne mettais pas le kimono durant la totalité d’une saison.

Et en ce 30 juin 2022, qu’en est-il ?

Beaucoup d’entreprises ont bénéficié d’aides, elles ont pu éviter la fermeture (pour le moment), et c’est tant mieux. Cependant, et c’est loin d’être une consolation, je ne suis pas le seul à ne pas avoir pu profiter de ces aides et à être plongé dans une situation difficile( le mot est faible ) en étant privé de travail et donc de revenus – ou si peu – depuis deux ans (et ce n’est pas fini) ; il faut mesurer ce que cela signifie. Comme nous représentons une quantité négligeable, sans moyen de pression, nous sommes ignorés.

J’ajoute qu’à la perte de l’outil de travail, donc de travail sans droits au chômage, il faut ajouter la perte sans aucune indemnisation de l’intégralité de l’investissement réalisé juste quelques mois auparavant. C’est juste monstrueux, là aussi, les mots sont pesés…

Donc, ce mois de juin sonne la fin d’une saison durant laquelle il a fallu tenter de réparer d’immenses dégâts.

A la volonté de reconstruire pour ne pas sombrer et à l’énergie que cela représente, s’ajoutent au fil des mois, les doutes, l’incertitude et les angoisses qu’engendrent inévitablement une telle situation. Il s’agit depuis deux ans d’une vie dans laquelle toute sérénité s’est enfuie et les plaisirs évanouis. La vie n’est plus la même et beaucoup de projets personnels ne seront plus réalisables.

Malgré tout, le combat continu et il ne consiste pas uniquement à se plaindre en dénonçant une injustice qui demande réparation, loin de là, mais aussi à retrousser les manches du judogi pour essayer de rebondir. Cependant, ce n’est pas facile, curieusement beaucoup de portes se ferment – ou ne s’ouvrent pas -, allez savoir pourquoi ? Quant à l’hypothèse de me relancer dans l’aventure d’un dojo privé, avec ce que je viens de vivre, c’est à dire une fermeture imposée et non indemnisée, il faudrait être irresponsable (et en avoir les moyens). Et puis, on ne peut pas affirmer que les feux soient « au vert » ; entre le virus qui revient, la guerre en Ukraine, le pouvoir d’achat qui fond comme neige au soleil, etc.

Le plus enrageant, c’est que cela aurait pu être évité ou réparé. Évité avec une gestion différente, réparé avec davantage de solidarité. L’entraide mutuelle, chère à Jigoro Kano, n’est pas souvent appliquée.

Ceux et celles qui n’ont pas failli se reconnaîtront, ils ont fait dans la mesure de leurs moyens, je les remercie du fond du cœur. Je sais aussi que beaucoup auraient voulu apporter leur pierre, mais ils n’en n’avaient pas la possibilité. Il y a une troisième catégorie qui n’a pas bougé, alors qu’elle aurait pu ! Sans oublier une « sous catégorie » (le double sens est bien choisi), qui ne s’est pas gênée pour mettre des bâtons dans les roues ; ce n’est pas à mon âge que de tels comportements m’étonneront.

En cette fin juin, dans une vie qui n’est plus la même, je reste positif et combatif. Concernant, le fameux « rebond » que très gentiment beaucoup me prédisent, il faut admettre qu’il est plus difficile à réaliser avec une balle un peu usée. Mais pas question d’abandonner !

Entre les deux saisons il y aura le stage de Soulac qui sera une belle parenthèse et un grand moment de partage, dans ce lieu qui nous a accueillis merveilleusement pendant vingt-cinq années, entre 1986 et 2010. En espérant que la 7ème vague de ce virus, avec laquelle on recommence à nous inquiéter, ne viendra pas à nouveau tout massacrer et hypothéquer la rentrée.

Normalement, très prochainement, je devrais avoir quelques bonnes nouvelles à annoncer. Peut-être un peu de lumière au bout du tunnel.

En attendant, je souhaite à toutes et à tous un bel été et une reprise gagnante en septembre.

J’ajouterai pour conclure que je ne suis ni aigri, ni envieux par rapport à ceux qui n’ont pas souffert professionnellement durant cette crise. Par contre, c’est mon mépris le plus profond que je réserve aux quelques « donneurs de leçons » qui, quoiqu’il arrive, seront toujours à l’abri !