Souvenirs d’une belle préface

Christian Quidet (1932-2010) a été un très grand journaliste spécialisé dans le sport et notamment dans le judo. Dans les années 1970 il a beaucoup aidé cette discipline à franchir la barrière des médias.  Il a aussi occupé le poste de  directeur des sports sur « Antenne 2 », l’ancienne appellation de France 2, dans les années 1980. Nos disciplines martiales l’intéressaient au plus haut point, il leur a d’ailleurs consacré un magnifique ouvrage : « La fabuleuse histoire des arts martiaux ». En 1985, avant la parution de mon premier livre, je lui avais demandé s’il voulait bien m’honorer d’une préface ; il a accepté spontanément.  A  l’attention de ceux qui ne connaissaient pas ces quelques belles lignes, c’est avec plaisir que je les mets à nouveau  en ligne. D’autant plus que je trouve cette préface terriblement d’actualité.

     « La publication d’une progression française de ju-jitsu est un acte plus important qu’il n’y paraît. C’est la restauration, en France, du trésor des samouraïs qui, au fil de l’histoire, ont porté l’art du combat individuel à un degré de perfectionnement et de raffinement unique au monde.
       Cette version moderne de la self-défense japonaise, présentée par Eric Pariset, met à la disposition des éducateurs sportifs une méthode claire, précise et efficace.
       Elle offre à celles et à ceux qui s’en inspirent un bagage technique inestimable. Non pour leur apprendre à se battre mais pour dissuader les autres d’attaquer.
        C’est en ce sens que je crois beaucoup à la vulgarisation de la self-défense dans notre pays. Comme un remède à l’agressivité qui enlaidit notre société actuelle.
       Je félicite Eric Pariset de s’être intéressé et de s’être spécialisé dans le ju-jitsu qui est le meilleur complément à la pratique du judo.
       Le ju-jitsu ne doit pas être mis entre toutes les mains et ne peut être enseigné valablement que par ceux qui ont adhéré à l’esprit de son fondateur, le maître Jigoro Kano.
       Eric Pariset est de ceux-là. Il a été élevé dans une famille où les arts martiaux étaient considérés comme un Art et pratiqués comme une passion. Son père, Bernard Pariset, a participé au premier championnat du Monde au Japon en 1956 et a obtenu une superbe quatrième place. Plusieurs fois champion d’Europe il a légué, comme  les maîtres japonais d’autrefois, son savoir et sa sagesse à Eric.
      Ceinture noire, 5e Dan de Judo-Ju-Jitsu, Eric Pariset a été champion d’ile de France de Judo en 1983.
       Il s’est ensuite, spécialisé dans les démonstrations de Ju-Jitsu et de self-défense pour devenir, à   31 ans, le meilleur spécialiste français de cette discipline.
      « N’enseigne pas toute ta science à ton élève, qui sait s’il ne deviendra  pas un jour ton ennemi ».
       Fort heureusement, Eric Pariset n’a pas appliqué cette devise  chère aux anciens Maîtres d’armes japonais.
       Je l’en remercie et j’espère que vous serez nombreux à profiter de sa générosité.»

Christian Quidet.
Responsable du service des Sports d’Antenne 2*
Avril 1985.

eric@pariset.net       www.jujitsuericpariset.com      Facebook : Club Jujitsu Eric Pariset

Les méthodes d’entraînement

La semaine dernière,  le vendredi à thème était consacré aux « méthodes d’entraînement ». A l’aide de ce billet hebdo, j’ai souhaité donner ma conception de ces exercices incontournables qui viennent en complément de l’apprentissage technique. Ce sont des exercices de renforcement possédant chacun dans son domaine une spécificité. Ils permettent de renforcer la vitesse, les automatismes, la tonicité, la forme de corps, le placement, les déplacements, etc. Ils renforcent ces qualités  dans le domaine de l’atemi-waza (le travail de coups), le nage-waza (les projections) et aussi dans le ne-waza (le travail au sol). Ils  peuvent se faire seul ou à deux (le plus souvent), mais aussi à plusieurs, statiques ou en déplacement.
Il y a les exercices qui consistent à faire d’inlassables répétitions sans aucune opposition de la part du partenaire et d’autres qui se font avec une opposition plus ou moins importante, mais toujours conventionnelle.
Par conséquent on peut définir deux groupes : le premier où le partenaire ne produit aucune opposition et le second au cours duquel  il offre une certaine résistance qui permet de se renforcer en situation d’opposition relative.
La plus connue de ces méthodes d’entraînement est l’uchi-komi ; elle consiste à répéter une technique de projection sans faire chuter, juste en soulevant le partenaire. On peut aussi effectuer cette répétition dans le domaine de l’atemi-waza et du ne-Waza. L’uchi-komi peut s’effectuer dans « le vide », c’est-à-dire tout seul, mais le plus souvent avec un partenaire.
On trouve ensuite (plus particulièrement dans le domaine des projections) le nage-komi qui consiste à se faire chuter à tour de rôle, ou plusieurs fois de suite. Et puis, il y a le randori (qui n’est pas un véritable combat) et qui offre un travail en opposition « mesurée », sur un thème précis, au sol et debout, en atemi-waza et en projections. On oublie bien trop souvent des exercices tels que le kakari-geiko et le yaku-soku-geiko. Le premier permet à Tori de renforcer son système d’attaque sans la peur de contre prise de la part d’Uke. Celui-ci se contentant d’essayer d’esquiver les initiatives de Tori, l’obligeant ainsi à s’adapter et à trouver d’autres solutions.
Le second, le yaku-soku-geiko, permet aux deux protagonistes de se faire chuter chacun son tour. Une sorte de nage-komi en déplacement. (Il peut également être pratiqué en atemi-waza.) On peut faire une variante en y ajoutant une certaine opposition, sans contre prises, juste à l’aide d’esquives. Ces exercices sont bien évidemment axés sur l’initiative.
Une autre méthode – que mes élèves connaissent bien – consiste à répéter une technique de défense sur une situation précise, puis une seconde et de les enchaîner vite et fort, sans temps d’arrêt ; de même avec une troisième et ainsi de suite, jusqu’à six, ce qui est déjà très bien.
Enfin, on peut aussi considérer les katas comme des méthodes d’entraînement, puisqu’ils sont le reflet d’un combat. Un combat pré arrangé, certes, mais qui permet d’affûter les techniques et d’acquérir des automatismes.
Il est certain que ces exercices, lorsqu’ils sont réalisées avec un partenaire, offrent un côté ludique qui n’existe pas quand on s’entraîne seul ; le plaisir se retrouvera alors dans les progrès réalisés grâce à la rigueur que l’on se sera imposée lors de ces répétitions qui parfois peuvent sembler un peu ingrates, mais ô combien utiles. Alors, au travail !
eric@pariset.net  www.jujitsuericpariset.com

Quelques exemples

Cet article est en quelque sorte la suite de celui proposé le 21 janvier dernier. Il était question de self-défense, un sujet qui ne cesse de passionner, ce qui semble normal ; être en capacité de défendre son intégrité n’est pas extraordinaire, y parvenir n’est pas acquis d’avance.
Tout au long de ma carrière d’enseignant, j’ai pu recueillir de nombreux témoignages d’élèves ayant subi des agressions qui n’étaient pas la conséquence de provocations  tendant à démontrer qu’il faut être confronté « à la rue » pour se tester. Ces personnes, jeunes ou moins jeunes, pratiquantes de haut-niveau ou pas, hommes ou femmes, ont réussi à se sortir de mauvaises situations grâce à leur pratique du ju-jitsu, mais aussi du judo ou du karaté. Sans doute est-ce le cas grâce à d’autres disciplines.
J’ai déjà évoqué le sujet à plusieurs reprises. Aujourd’hui, c’est l’illustration avec quelques exemples qui m’ont été rapportés par les personnes elles-mêmes que je propose. Les noms ont été changés. Ces histoires, véridiques, prouvent, si besoin était,  que les pratiques en tenue martial, dotés d’objectifs qui ne se limitent pas à la bagarre de rue, ne sont pas incompatibles avec une efficacité certaine.
Jean-Pierre, pratiquant depuis quelques semaines, en vacances dans « les îles », a pu « faire face » à un tesson de bouteille manié par un individu qui manifestement ne lui voulait pas que du bien, cela grâce à une simple clef au bras (ude-gatame). Solange, ceinture noire de ju-jitsu, a pu mettre en dehors d’une rame de métro un voyageur qui ne cessait d’importuner les autres, et cela  à l’aide d’un simple tai-sabaki (déplacement du corps). Avec un  mae-geri (coup de pied de face) bien placé (ou mal placé, selon le camp dans lequel on se trouve) Viviane n’a pas hésité à condamner les ambitions perturbatrices d’un homme sur un quai de métro. C’est avec un autre coup de pied, yoko-géri, que Martin à « ruiné » le genou de celui qui avait jeté son dévolu sur sa sacoche. Martin était ceinture blanche, il sortait d’une séance durant laquelle avait été effectué un travail important sur ce « coup de pied de coté ».  Jean, ceinture noire 4ème dan, policier de son état doit son salut (et peut-être celui d’autres personnes) à un waki-gatame de bonne facture sur un bras armé d’un revolver. Alain, gradé en judo et en aïkido a pu faire face à une autre menace de revolver (factice, mais il l’ignorait) à l’aide d’une technique de désarmement que l’on retrouve par ailleurs dans le goshin-jitsu.
Ces quelques exemples, mais il en existe d’autres, prouvent si besoin est que la pratique d’un art martial peut être utile pour se sortir d’une mauvaise situation et même pour sauver sa vie. Cependant, rien n’est jamais acquis, plusieurs facteurs doivent être pris en considération ;  la chance, en premier lieu, la maîtrise technique, un peu de condition physique, mais aussi la capacité à ne pas perdre ses moyens dans une situation exceptionnelle. Il n’est pas inutile de rappeler qu’éviter toute confrontation, à l’issue fatalement incertaine, est la solution la plus sage.
Il m’a aussi été rapporté des histoires qui ne se sont pas aussi bien terminées, mais c’était de la part de personnes qui ne pratiquaient pas encore ; ces tristes expériences ont bien souvent motivé des inscriptions dans un dojo et curieusement – et heureusement – il n’a plus été question d’agression. Sans doute une confiance en soi ressentie par l’agresseur potentiel et l’évaluation de certaines situations à risque.
Quant à un troisième cas de figure, justement, c’est-à-dire celui d’un pratiquant dans l’incapacité de se défendre, aucun exemple ne m’a été confié ; peut-être par amour-propre ou encore parce que ce n’est pas arrivé, tout simplement. Que cela ne fournisse surtout pas la prétention, la bêtise et l’irresponsabilité de se croire invincible !

La plus efficace ?

Quelle est la méthode de self-défense la plus efficace ? Voilà une question redondante de la part de néophytes. Cela me rappelle mon enfance et ma préadolescence, lorsque dans la cour de récréation (et pas que là) une  question revenait fréquemment : qu’est-ce qui est le plus fort, le judo ou le karaté ? Cette interrogation n’était pas que l’émanation d’une candeur enfantine, beaucoup d’adultes s’interrogeaient aussi. Il faut dire que le judo avait opté assez vite pour un aspect sportif en délaissant celui attaché à la self-défense qui avait pourtant fait quelques uns de ses beaux jours. Peu de temps après, le  karaté arrivait un peu comme la nouvelle méthode infaillible. L’aïkido, entrait également dans le paysage, mais plus discrètement !  Cette guéguerre stérile entre judo et karaté dura un temps, jusqu’à ce que dans les années 1970 émergent de nouveaux arts martiaux ; je pense, entre autres,  au taekwondo et surtout au kung-fu qui fut sacralisé par l’irremplaçable Bruce Lee. C’est à ce moment là que mon père, Bernard Pariset (judoka au palmarès exceptionnel, mais également passionné par les disciplines de combat) a insisté pour qu’au sein de la fédération de judo soit  réhabilité le ju-jitsu  (l’origine du judo) en lui donnant le nom d’atemi-ju-jitsu afin de souligner la remise en valeur du travail des coups.

Ensuite, à la moitié de cette décennie (1970 à 1980), on a assisté à une « fulgurance » de styles d’arts martiaux, d’écoles diverses,  et de méthodes de combat et de défense plus ou moins sérieuses. Les débutants ne savaient plus à quel samouraï se vouer !

Les fédérations officielles ont tenté de mettre un peu d’ordre dans ce maelström, ce ne fut pas chose facile, ça ne l’est toujours pas vraiment. L’offre est variée et la personne qui veut entrer dans le monde des budos est un peu perdue. Souvent c’est un ami qui pratique déjà telle ou telle discipline qui est le plus convaincant.

Alors, quelle est la méthode de défense la plus efficace ? A titre personnel, je suis mal placé pour répondre à cette question, je ne vais pas affirmer que ce n’est pas la mienne, ce serait ridicule ; ça le serait davantage et prétentieux d’affirmer le contraire. Alors la réponse est assez simple, il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises méthodes à partir du moment où sont proposées  les défenses sur l’ensemble des possibilités d’attaque ; par contre, il y a des bons et des moins bons enseignants qui forment des bons et des moins bons élèves.  Maintenant, on trouve des méthodes à la pratique plus  destructive qu’éducative, qui de par leur étude et leur entraînement  abîment presque davantage qu’une agression occasionnelle! Chaque professeur  possède sa pédagogie, sa conception qui  déteint sur ses élèves. Et puis, il ne faut pas se leurrer, il y a des personnes qui ont un potentiel physique et des qualités intrinsèques  plus ou moins développés.   Comment dans ces conditions ne pas faire le mauvais choix ?

Se fier  à la réputation ? Sans aucun doute, mais il y aussi l’impression qui émanera d’une séance à l’essai, due à l’ambiance générale avec laquelle on doit se sentir en osmose, et aux sensations physiques personnelles. Il faut aussi  être à l’aise et ne pas ressortir avec des douleurs partout, exception faite pour les inévitables courbatures ressenties quelques jours durant. Apprendre à se défendre, ce n’est pas « se faire mal », mais apprendre à ne pas se faire mal. Une méthode doit avant tout être éducative et non destructive pour soi même. Apprendre à souffrir avec modération, en se surpassant  soi-même quelques fois, mais en évitant de massacrer un corps qui est là pour s’améliorer et non pas pour s’abimer ! On peut acquérir un mental puissant, tout en respectant des limites ; si celles-ci  sont dépassées, cela peut s’avérer extrêmement préjudiciable. Enfin, il faut savoir que l’efficacité viendra par d’inlassables répétitions et non pas par de sinistres destructions. Il me semble également indispensable de ne pas oublier qu’il s’agit  juste de « self-défense » et qu’il ne faut pas outrepasser cette notion, il s’agit pour le citoyen de ne pas être démuni face à une agression, mais pas de se transformer en « exterminator ».

Maintenant, le cœur peut balancer entre méthode de combat en «kimono» (voir à ce sujet mon précédent article) ou dans une autre tenue. Personnellement, je propose une majorité de cours dans celle dont j’ai fait l’éloge dans le précédent article en question, mais aussi deux séances en tenue de ville. Disons que la pratique dans un « dogi »  engage  davantage en faisant découvrir d’autres aspects qui suscitent une motivation débouchant sur une pratique à long terme ; ce qui peut en aucun cas nuire à l’efficacité.
(Pour illustrer cette article, j’ai choisi un «collector »)

eric@pariset.net  www.jujitsuericpariset.com

Un peu de tenue…

Ce que l’on appelle par facilité le kimono n’est pas une tenue pour pratiquer, mais plus exactement un vêtement. Chaque art martial possède sa propre appellation pour désigner ce que l’on endosse dans un dojo ; parmi les plus répandues on trouve le judogi, le karategi, le keikogi. On évoque très peu le « jujitsugi », sans doute parce que le ju-jitsu est amalgamé au judo. Problème d’identité propre à cet art dans notre pays, mais c’est un autre débat. Il n’empêche que quel que soit son nom, cette tenue est importante et ne saurait être négligée ; j’y vois plusieurs raisons.

D’abord, chaque discipline sportive possède son « uniforme » et il ne viendrait pas à l’idée d’un footballeur de se rendre sur un terrain de foot en judogi. Ensuite, grâce à sa texture cette tenue est pratique et hygiénique. Elle est résistante aux différents assauts et autres sévices qu’on lui fait subir. Elle permet d’absorber les litres de sueur produits lors des entraînements. Cette uniformité possède également comme vertu d’effacer toute distinction sociale. On ne frime pas vraiment dans un « gi ». Et puis, dans le combat rapproché elle évite une proximité et une intimité qui peuvent  rebuter certains et certaines.

Malheureusement lorsque je vois des entraînements se dérouler avec une multitude de tenues : short, t-shirt, survêtement et judogi, je ne peux m’empêcher d’être peiné. Je ne pense pas que cette réaction puisse être qualifiée de « vieux jeu ». Le respect et la tradition me paraissent indispensables. Sans respect, sous quelque forme que ce soit, il n’y a plus rien. S’affranchir de toutes les traditions au nom d’une prétendue modernité ou même d’une soi-disant liberté pourra être sans limite. Si on ne respecte pas un symbole tel que la tenue, pourquoi ne pas ignorer le salut, et puis tout simplement de dire bonjour et merci et ainsi de suite, jusqu’à manquer de respect aux personnes. Sans un minimum de rigueur et d’effort, il n’y a plus ni progrès, ni évolution, ni vie sociale digne de ce nom !

Dans cet article j’évoque bien sûr les arts martiaux ; d’autres sports de combats possèdent leur propre tenue (boxe, lutte, etc.) et continuent à l’arborer fièrement. Pourquoi serions-nous les seuls à refuser une règle basique ?

Enfin, l’utilisation de la « tenue de ville » (adaptée) pourra être considérée comme un complément à l’étude de la self-défense, ou encore comme une approche et une étape pour ensuite entrer dans le monde des budos.

Alors, un peu de tenue !

eric@pariset.net   www.jujitsuericpariset.com

« Bras de fer », retraite et solidarité.

Dans un dojo, comme dans beaucoup d’associations sportives, toute discussion politique ou religieuse est bannie. Aussi je ne saurais déroger à cette règle ; il n’est donc pas question de prendre parti, Il s’agit juste de s’étonner que perdure  une situation qui est préjudiciable à beaucoup de domaines. Ce qui est regrettable, c’est cette incapacité à trouver une solution satisfaisant l’intérêt général. Les dirigeants et les différents responsables ne montrent pas l’exemple ; certes, eux ne sont pas impactés, pas le moins du monde, ils sont parfaitement à l’abri ; est-ce une raison pour être à la limite de l’irrespect et de l’irresponsabilité ? Notamment quand on voit les usagers des transports en commun voyager dans des conditions que l’on n’accepterait pas de faire subir à des animaux. Sans parler des autres dommages collatéraux.

Les pratiquants d’arts martiaux, peuvent affirmer que nous sommes loin des préceptes de Jigoro Kano et des principes de son judo ; il les voulait universels et applicables dans tous les domaines, pour une meilleure vie en société. Or, dans ce conflit, chacun est arc-bouté sur ses positions et on assiste à un indécent « bras de fer ». Il semble invraisemblable que n’existe pas de solution. L’objectif de ces quelques lignes n’est pas de désigner un « coupable » (mon statut ne me l’autorise pas), mais tout simplement de faire le constat navrant que des personnes arrivées à un tel niveau de responsabilité soient dans l’incapacité de trouver une sortie de crise.
Quant à moi, « retraite et solidarité », ne bénéficiant ni de l’une ni de l’autre, j’ai du mal à évoquer le sujet. Même si je prends un plaisir sans limite à continuer à transmettre, il est évident qu’avec une solidarité corporative, j’aurais pu assouvir cette passion de la transmission sans avoir la nécessité de me relancer dans le challenge dans lequel je me suis engagé à l’âge de la retraite ;  celle des indépendants étant loin d’être viable, je n’avais pas d’autre choix. Ce choix, à contre courant, et qui demande beaucoup de sacrifices, m’offrira cependant de très belles récompenses, à savoir la fierté engendrée par une mission accomplie et la satisfaction que procure un métier que l’on aime. Sans oublier que je ne devrai rien à personne, hormis aux nombreux élèves qui peuplent ce dojo qui est d’ores et déjà une belle réussite.

eric@pariset.net   www.jujitsuericpariset.com

Un premier billet et deux sujets…

Pour ce premier billet de l’année, j’ai choisi d’aborder deux sujets. Un sujet d’actualité et un autre plus technique.

Commençons par l’actualité avec les bons vœux et les bonnes résolutions. Concernant les vœux, certains n’y accordent peu ou pas importance, au point de ne pas s’y soumettre. C’est dommage, même s’ils peuvent sembler conventionnels, ils sont une tradition qui doit être respectée, ne serait-ce que pour une question de simple politesse. Et puis si – en tant que pratiquants de disciplines dites « à traditions » – celles-ci ne sont pas respectées, nous sommes dans un non-sens teinté de muflerie. A titre personnel, j’attache une grande importance à ce que l’on doit aussi considérer comme une marque de respect. Cette conception n’est malheureusement pas toujours partagée. Peut-on dans ces conditions continuer à se réclamer du titre d’éducateurs ?

Quant à la prise de  bonnes résolutions, certes voilà encore un acte symbolique et relatif, puisqu’il n’est pas forcément indispensable d’attendre cette période pour les prendre. Mais se fixer, ce que l’on appelle une « date-line » peut s’avérer déterminant pour faciliter la réalisation d’une ou plusieurs bonnes décisions. Tout ce qui permet d’avancer et de s’améliorer ne doit pas être négligé.

Avec le second sujet nous abordons un domaine technique.

En ju-jitsu, trois grands groupes (les coups, les projections et les contrôles) font de cet art martial une discipline particulièrement complète et efficace ; à la condition évidente de maîtriser les techniques mais aussi d’être en capacité de les enchaîner avec fluidité et habileté.

En 2015, à l’aide d’un enchaînement structuré, j’ai souhaité mettre en avant l’atemi-waza (les techniques de coups) et le katame-waza (les techniques de contrôles).

Les coups existent dans de nombreuses disciplines de combat, souvent ils en sont la finalité. Les contrôles, quant à eux, sont pratiqués dans beaucoup de styles avec plus ou moins d’importance.

Dans notre discipline, si l’atemi-waza n’est que rarement une finalité, il est un moyen d’y parvenir ! Le katame-waza, quant à lui, est « modulable », dans la mesure où il peut être redoutable et même fatal ; à l’inverse il permet de maîtriser quelqu’un sans forcément mettre ses jours en danger ; la légitime défense et – tout simplement – le respect de toute vie ne sont pas des options !

Dans notre art, il est aussi important de maîtriser les techniques que d’être à l’aise dans leur liaison. Le ju-jitsu n’est pas une « salade composée », mais bien une entité faite d’éléments qui doivent être liés. Chacun a son domaine préféré. Cette préférence est souvent due à des prédispositions naturelles, mais aucun groupe de techniques ne devra être négligé ; c’est la garantie d’améliorer sa propre efficacité et de maîtriser une « science du combat » complète.

A l’occasion du prochain stage qui se déroulera à Paris le 2 février, cet enchaînement sera au programme, entre autres thèmes.

Je conclurai en souhaitant à nouveau à toutes et à tous une merveilleuse année 2020 avec la concrétisation de leurs désirs et la tenue de quelques bonnes résolutions.

(C’est la couverture du livre paru en 2015 qui sert de photo d’illustration)

eric@pariset.net www.jujitsuericpariset.com

Une démonstration convaincante

Comme à chaque période durant laquelle certains ont la chance de profiter de quelques jours de repos, en lieu et place de mon billet hebdomadaire, je propose une petite histoire. Issue du savoureux livre « contes et récits des arts martiaux de Chine et du Japon ». Des histoires qui ont été réunies par Pascal Fauliot aux éditions Albin Michel.

Plusieurs chapitres le compose, avec chacun un thème particulier. Celui de ce jour appartient à « l’art de vaincre sans combattre ». . Il s’agit d’un conte, mais allez savoir…

Une démonstration convaincante.

« Un ronin rendit visite à Matajuro Yagyu, illustre Maître de l’Art du sabre, avec la ferme intention de le défier pour vérifier si sa réputation n’était pas surfaite.

Le Maître Yagyu tenta d’expliquer au ronin que le motif de sa visite était stupide et qu’il ne voyait aucune raison de relever le défi. Mais le visiteur, qui avait l’air d’être un expert redoutable avide de célébrité, était décidé d’aller jusqu’au bout. Afin de provoquer le Maître, il n’hésita pas à le traiter de lâche.

Matajuro Yagyu n’en perdit pas pour autant son calme mais il fit signe au ronin de le suivre dans son jardin. Il indiqua ensuite du doigt le sommet d’un arbre. Etait-ce une ruse pour détourner l’attention ? Le visiteur plaça sa main sur la poignée de son sabre, recula de quelques pas avant de jeter un coup d’œil dans la direction indiquée. Deux oiseaux se tenaient effectivement sur une branche. Et alors ?

Sans cesser de les regarder, le Maître Yagyu respira profondément jusqu’à ce qu’il laisse jaillir un Kiaï, un cri d’une puissance formidable. Foudroyés, les deux oiseaux tombèrent au sol, inanimés.

« Qu’en pensez-vous » ? demanda Matajuro Yagyu à son visiteur.

« In… incroyable… », balbutia le ronin, visiblement ébranlé comme si le kiaï l’avait lui aussi transpercé.

« Mais vous n’avez pas encore vu le plus remarquable… »

Le second Kiaï du Maître Yagyu retentit alors. Cette fois, les oiseaux battirent des ailes et s’envolèrent.

Le ronin aussi. »

eric@pariset.net   www.jujitsuericpariset.com

Réflexions (douces et amères) sur une année particulière

Durant ces derniers mois et à plusieurs reprises j’ai évoqué le moment fort de mon année 2019, à savoir l’ouverture du nouveau dojo. En juillet dernier se concrétisait un beau  projet et commençait une nouvelle aventure.

Aujourd’hui, ce sont quelques réflexions- douces  et amères -, que je souhaite délivrer, mais surtout sans sacrifier ni  à l’optimisme ni à l’espoir.

Entreprendre n’est pas facile et même, je le pense, de plus en plus difficile. Dans entreprendre il y a « prendre » et en tout premier lieu, prendre des risques, même si pour moi il ne s’agissait pas d’un « voyage en terre inconnue » ; ce qui d’ailleurs aurait pu être une bonne raison d’hésiter, connaissant parfaitement ce qu’une telle entreprise représente en terme de dépense d’énergie, de sacrifices et de risques. Mais l’esprit de conquête et l’envie de créer sont parfois chevillés au corps et peuvent s’avérer régénérateurs, même si des périodes de la vie sont plus propices à ce type de challenge. Il est heureux que cet esprit m’anime et que je ne sois pas effrayé par la relève de défis, puisque d’une certaine façon  le choix m’a été imposé (ce que je ne regrette absolument pas).  Avec un peu d’entraide (et de mémoire) d’autres solutions pouvaient être envisagées. Ce ne fut pas le cas, l’entraide mutuelle prônée par Jigoro Kano n’est  pas toujours appliquée. Certains ont quelques difficultés avec la reconnaissance. A l’inverse, ce qui est surprenant, lorsque se manifeste le besoin d’un service ou encore celui de se réclamer de quelques références, la mémoire revient subitement et les antipathies se transforment en soudaines sympathies au cynisme glacial. Heureusement, une vie de pratique des arts martiaux forge aussi le mental, relativise certaines attitudes et interdit le renoncement : ne pas baisser les bras. Surtout au regard de la retraite des indépendants.

Même si cela aurait été plus confortable de trouver une autre solution, rien ne remplace la joie et la fierté qui sont liées à la réalisation d’un tel projet, et le soulagement de ne devoir rien à certaines personnes n’a pas de prix. Il y a ceux qui entreprennent et ceux qui prennent.

L’ouverture de ce dojo, dans lequel règne une excellente ambiance, ce qui n’est pas une moindre fierté, n’aura pas été le seul évènement personnel de cette année. Dans le premier semestre j’ai vécu plusieurs moments agréables, notamment avec les stages. A Paris d’abord, où les  rendez-vous dominicaux  me permettaient de garder le contact avec d’anciens élèves mais aussi de découvrir de nouveaux visages, comme  un groupe de ju-jitsukas belges emmenés par leur professeur Yvon Joly du club « Tip Top » de Frasnesl. Il y eu aussi les déplacements en province et aux Pays-Bas. En Bourgogne chez Michel Baillet (passionné et fidèle à ses convictions) et près de Bordeaux, à Léognan, accueillis par Nicole et Michel Dourthes (dotés d’une solide mémoire). Et puis il y a eu les Pays-Bas à Hoorn, d’abord au printemps, avec un séjour durant lequel j’ai pu apprécier une qualité d’accueil exceptionnelle de la part des élèves et de l’équipe de professeurs composée de Wim Stroet, Astrid Keizer, sous la bienveillance de Cor Brouwer et du Maître des lieux Frits van der Werff. Ensuite, à l’automne, pour une journée organisée par l’IMAF Pays-Bas. Un stage auquel je me rendais avec plaisir, mais qui malheureusement me laissera une petite ombre qu’il n’est pas utile d’éclaircir, mais qui me rappelle une citation : « Ne ratez pas les ratés, car eux ne vous rateront pas » ! Que l’on se rassure j’ai été merveilleusement accueilli par mon ami Dirk Klock, président de l’IMAF-Pays-Bas, et par l’ensemble des stagiaires, non le problème est venu d’ailleurs.

En cette fin d’année souhaitons que la prochaine nous apporte une très bonne santé, davantage de  solidarité et moins de violence de toutes natures. Au travers de leur enseignement, les professeurs d’arts martiaux ont un rôle essentiel à jouer et une responsabilité à assumer.

A titre personnel, je continuerai à œuvrer pour le ju-jitsu que j’aime,  dans ce nouveau dojo  et ailleurs. Pratiquants chevronnés et novices, ils sont déjà très nombreux à avoir rejoint ce nouveau lieu  de partage. eric@pariset.net

Quinze ans déjà…

Il y a quinze ans, le 26 novembre 2004, mon père nous quittait. Pour lui rendre hommage à l’occasion de ce bien triste anniversaire et pour ne pas oublier qui il était, j’ai pensé tout simplement publier à nouveau l’article que je lui avais consacré pour illustrer la lettre P de mon « dictionnaire des arts martiaux » il y a un an.

Aujourd’hui c’est de la lettre P de mon dictionnaire dont il est question. Pouvait-elle être consacrée à une autre personne que celle évoquée dans les lignes qui suivent ?
P comme Bernard Pariset
En 1947, un jeune homme de dix-sept-ans se présente devant le 11 de la rue des Martyrs, dans un des quartiers les plus attachants de la capitale, le IXème arrondissement. Sur le mur, à coté de la porte d’entrée, une plaque porte l’inscription : « Club français de jiu-jitsu ».
Le jeune homme s’appelle Bernard Pariset ; il a été mon professeur, mon mentor, mais aussi – et surtout – mon père.
Il était né à la fin de l’année 1929 à Pantin, en Seine Saint-Denis et a passé son enfance dans le XIIème arrondissement. Sa préadolescence a été marquée par la seconde guerre mondiale et des difficultés à tenir en place.
Très vite s’est imposé le fait que rester assis toute la journée n’était pas vraiment pour lui ; il préférait les activités physiques, les randonnées dans la campagne, le camping sauvage, les baignades en rivière, c’était un amoureux de la nature. Doté d’une curiosité naturelle, toutes ces activités plutôt physiques, ne l’empêchaient pas de nourrir un esprit très vif. Cet amour de la nature a sans doute été une des raisons de son rapprochement avec une matière noble : le bois. En effet, il est devenu apprenti dans une ébénisterie. Il possédait un certain talent dans la sculpture. Les figurines de samouraïs et autres judokas et ju-jitsukas créées dans la dernière partie de sa vie, en attestent. Mais sa véritable passion c’était bien évidemment le judo.
D’un gabarit modeste et d’un tempérament bouillonnant, il avait entendu parler de « ce judo », cette lutte un peu particulière dans laquelle les petits pouvaient faire tomber les grands. Par la suite il ne s’est pas gêné pour prouver que c’était possible, et de quelle manière !
Dans ce dojo de la rue des martyrs, il franchit rapidement les échelons et il en devient très vite la référence. En 1954, au décès de son professeur, Roger Piquemal, il en prend les commandes et cela jusqu’à sa disparition en 2004.
A ses débuts, de son propre aveu, sa technique était assez rudimentaire. Les règles d’arbitrage étant beaucoup plus « libres », les combats d’entraînement (les randoris) offraient une physionomie différente de celle qui existe actuellement. Attraper la jambe de l’adversaire et pousser jusqu’à ce qu’il chute lui plaisait beaucoup et lui convenait tout à fait. Le problème, qui n’en était pas un, c’est que très vite il n’y avait plus un combattant au club pour résister à cette technique rustre, mais incontestablement ravageuse. Ensuite, sa technique s’est adaptée à sa morphologie et aux besoins du « toutes catégories », avec ses redoutables « mouvements d’épaules » (comme on disait à l’époque pour désigner les seoi nage), et puis elle s’est très vite affinée dans tous les domaines. Le travail au sol est notamment devenu un secteur dans lequel il faisait référence.
Ses « spéciaux » et un tempérament de combattant hors du commun lui ont permis de se constituer un palmarès exceptionnel. Champion de France et d’Europe, une place de demi-finaliste aux premiers championnats du Monde qui se déroulaient à Tokyo en 1956, autant de titres conquis en  « toutes catégories » ce qui leur confèrent davantage de saveur et un incontestable respect, surtout lorsqu’on mesure à peine un mètre soixante dix.
Mais il n’a pas été qu’un champion d’exception, il a occupé aussi différentes fonctions au sein de la fédération de judo : conseiller technique, entraîneur national, directeur des équipes de France, membre de la commission nationale de grades. On lui doit aussi la remise en valeur du ju-jitsu au début des années 1970, ce qui n’est pas rien ! Il a aussi publié différents ouvrages sur le judo et évidemment sur le ju-jitsu.
On ne peut évoquer ce fantastique parcours sans rappeler qu’avec Henri Courtine ils ont été les premiers 6ème dan en 1968. Il en a été de même du 7ème au 9ème dan. Ils étaient les « meilleurs adversaires » sur les tatamis de compétition et les meilleurs amis dans la vie. Leurs styles différents et leurs caractères aux antipodes ont été d’une exceptionnelle complémentarité, pour servir et marquer de leurs empreintes le judo français.
Durant toute sa carrière il ne s’est jamais détaché de la base, puisqu’il n’a cessé de s’occuper de son club de la rue des Martyrs (que l’on ne peut s’empêcher de lui associer totalement). Ce qui a permis à des centaines de pratiquants de profiter d’une pédagogie aussi pragmatique qu’efficace. Sous sa houlette le « Club Français » s’est constitué un palmarès impressionnant par équipe ; l’équipe première étant à plusieurs reprises confrontée à l’équipe B en finale du championnat national ; le club est aussi devenu champion d’Europe par équipe. Le dojo n’a pas manqué non plus de produire de belles individualités.
Le fait de ne jamais quitter cette base que représente un club dans lequel se côtoient des pratiquants de tous âges et de toutes conditions sociales, de s’occuper aussi bien des ceintures blanches que des plus hauts gradés, tout cela lui permettait d’être à l’écoute de tous et d’observer ainsi l’ensemble des motivations. Faire le constat, par exemple, que si les titres glanés apportaient du prestige, ce n’était pas forcément ce qui intéressait le « samouraï de base ». Celui-ci étant souvent, par exemple, attiré par l’aspect self-défense.
En dehors des tatamis, il n’était pas dénué de passion. L’équitation était son deuxième centre d’intérêt, à tel point que dans ce département de l’Yonne qu’il aimait particulièrement, il s’est occupé durant de nombreuses années d’un centre équestre.
Dans la vie, beaucoup de choses l’intéressaient, même s’il posait sur les soubresauts de notre société un regard circonspect et parfois navré. Il était pourvu d’un bon sens désarmant et sa liberté d’action était son bien le plus précieux ; il a toujours refusé les contraintes que pouvaient imposer des organisations trop rigides dans leur fonctionnement. Il avait aussi comme caractéristique un « esprit de conquête » qui le faisait toujours aller de l’avant.
Diminué physiquement en avançant en âge, il « payait » les excès d’une carrière sportive durant laquelle il ne s’était jamais ménagé, il n’a pas voulu envisager de finir sa vie sans pouvoir vraiment la vivre… Il était parfois excessif ! Il l’a prouvé malheureusement une dernière fois le 26 novembre 2004, avant de rejoindre « le jardin du souvenir » des samouraïs.
Ci-dessous, quelques citations que nous lui devons. Humoristique : «Les catégories de poids ont été inventées pour mettre les poids lourds à l’abri des plus légers ». Compatissant (s’adressant à une personne de grande taille) : «Vous êtes grand, mais ce n’est pas de votre faute ». Il était aussi très bavard et dans les réunions, c’était très drôle de l’entendre demander à ses interlocuteurs, qui ne pouvaient pas « en placer une », de bien vouloir le laisser s’exprimer.
Il avait aussi un sacré caractère, je suis bien placé pour le savoir, cela n’a pas été tous les jours facile d’être le fils unique de Bernard Pariset, mais est-ce possible de faire une telle carrière sans caractère ?
En janvier 2005, la fédération de judo lui a rendu un bel hommage lors de la cérémonie des vœux. A cette occasion « l’immense » (dans tous les sens du terme) Anton Geesink s’était déplacé et avait pris la parole pour un discours des plus émouvants. En 2006 le ministère des sports l’a promu       « Gloire du sport». Hommage et récompense amplement mérités.
eric@pariset.net www.jujitsuericpariset.com