Le professeur

Il y a des professeurs qui ont  une technique parfaite et une très bonne pédagogie, c’est l’idéal. Il y a ceux qui ont une maitrise technique moyenne mais une excellente pédagogie, c’est l’essentiel.  Il y a ceux qui maitrisent parfaitement les techniques, mais qui ne possèdent qu’une pédagogie relative, c’est dommage. Enfin, il y a ceux qui sont mauvais techniciens et mauvais pédagogues, heureusement c’est rare ! Ces derniers ne doivent pas avoir beaucoup d’élèves, sauf s’ils n’ont pas de concurrence.

La semaine dernière j’évoquais le choix d’une discipline, mais le choix du professeur est tout aussi important. Démontrer parfaitement une technique est une chose,  qu’elle soit assimilée par les élèves, en est une autre. « L’essentiel n’est pas ce que l’on enseigne, mais ce que les élèves apprennent ». Cette citation d’André Giordan (dont vous trouverez le parcours sur Internet) est éloquente. Un cours n’est pas un show et les explications se doivent d’être concises et ne pas se transformer en un discours interminable.

Comment savoir si l’enseignant d’un dojo est compétent et s’il nous conviendra ? Un néophyte est forcément privé de moyens d’évaluation.  Il y a la réputation bien évidemment, mais encore faut-il que celle-ci soit fondée  sur ce que nous recherchons. Un professeur peut former d’excellents champions, mais si l’objectif est de trouver une pratique utilitaire ou essentiellement tournée vers le loisir,  ces compétences là ne seront pas utiles.

Si c’est  un ami qui nous conduit dans son dojo, ce qui est souvent le cas, il est préférable (là aussi) que les aspirations de cet ami soient en concordance avec les nôtres.  Il faudra donc souvent  s’en remettre à la première impression et surtout ne pas avoir peur d’échanger avec le professeur et avec quelques habitués du dojo avant de s’engager.

Le métier de professeur, quelque soit la discipline enseignée (français, mathématiques, chant, danse, arts martiaux, etc.) est un des métiers les plus beaux mais aussi les plus difficiles. Lors du confinement que l’on nous a infligé au printemps dernier, certains parents, obligés de faire la classe à leurs enfants, ont pris conscience de cette réalité. Certes, chacun son métier et on peut opposer que c’était difficile pour eux dans le mesure ou ce n’est pas le leur, mais quand même…!

Pour être enseignant il est préférable de posséder quelques prédispositions, mais cela ne suffit pas. Georges Brassens disait : « Le talent sans le travail n’est qu’une sale manie ».
Donc, il faut toujours se remettre en question à chaque début de saison et veillez à ce que la passion ne s’éteigne jamais.

L’une des principales qualités d’un professeur qui s’adresse à différentes populations, comme c’est souvent le cas dans les arts martiaux, c’est d’être capable de s’adapter à l’âge et au niveau technique des élèves. Et en particulier aux débutants (qui sont les ceintures noires de demain). D’où l’importance du « premier professeur », celui qui bâtit les fondations. Dans un des mes articles publiés sur mon blog et sur Facebook, j’avais insisté sur ce point essentiel. J’avais même cité en exemple l’ex-danseuse étoile, Marie Agnés Gillot, résidant à Paris et qui accompagnait son fils chaque semaine en Normandie pour qu’il commence la danse avec celui qui avait été son premier professeur.

Dans le domaine qui est le notre, le professeur est un passeur de technique, mais il est aussi le transmetteur des fortes valeurs attachées aux arts martiaux, notamment ce fameux « Code moral », souvent affiché, pas toujours appliqué !

Donc, au moment de commencer, il est préférable de ne pas se tromper. Les mauvaises habitudes se prennent plus vite que les bonnes et elles sont tenaces.

Avec le temps on se souviendra que c’est à ce premier professeur que l’on doit d’être le pratiquant que l’on devenu ; il nous a fait découvrir et aimer une discipline et un art dans lequel nous nous épanouissons.

eric@pariset.net

Y comme Yamashita et Yama-arashi…

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd’hui c’est de la lettre Y de mon dictionnaire dont il est question. Pour l’illustrer, j’ai choisi un personnage illustre et une technique de projection particulière.

Y comme Yamashita Yasuhiro. Voilà un champion de judo exceptionnel. Tout champion est exceptionnel, mais celui-ci un peu plus. Il effectua une fabuleuse carrière dans la catégorie des poids lourds et en « toutes catégories » (épreuve dont on peut regretter la disparition) ; il réalisa, entre autres exploits, celui de rester invaincu  neuf années durant, entre 1977 et 1985 en alignant 203 victoires consécutives et 7 victoires partagées.

Redoutable aussi bien au sol que debout, il était animé d’un véritable esprit de samouraï, comme en témoigne sa victoire aux Jeux Olympiques de Los Angeles en 1984 ; alors blessé, c’est pour ainsi dire sur une jambe qu’il a réussit à venir à bout de ses derniers adversaires et par « ippon », s’octroyant ainsi un fabuleux sacre olympique. Aujourd’hui il occupe d’importantes fonctions au sein de la fédération internationale de judo.

Beaucoup aurait aimé pouvoir assister à une confrontation entre cette légende et une autre du nom de  Teddy Rinner ; nous ne pourrons que l’imaginer.

Y comme Yama-Arashi. Il s’agit d’une technique particulière. D’abord par sa traduction qui signifie « tempête sur la montagne » ; les japonais savent avec talent allier efficacité et poésie. Ensuite, elle n’est pour ainsi dire plus enseignée, ni utilisée, ceci explique sans doute cela. On pourrait simplifier sa description en la comparant à une sorte d’eri-seoe-nage (bien que le pouce qui saisit le revers se place vers le bas et non pas vers le haut) pour la partie supérieur du corps et d’ harai-goshi pour le bas. Elle fût inventée par Shiro Saigo, élève de Jigoro Kano.

Ces anciennes techniques, même si elles ne sont plus pratiquées, ne doivent pas pour autant être oubliées, elles sont en quelque sorte un trésor inestimable que nous nous devons de préserver.

eric@pariset.net

Avoir 15 ans en 1969…

J’ai eu 66 ans avant-hier et je préfère « fêter » cet âge là en 2020  que célébrer  mes quinze ans !

Mes quinze  ans, je les ai eus en 1969, l’année durant laquelle la « Grippe de Hong-Kong » sévissait. Ce virus avait fait un million de victimes sur la planète et 40 000 en  France. Pourtant, je n’en conserve aucun souvenir et je ne suis d’ailleurs pas le seul dans cet état amnésique ! Et pour quelles raisons ? Sans doute l’absence de réseaux sociaux, de chaînes d’infos en continue et une conception du rapport à la vie (et à la mort)  différent ! Sans oublier le fameux principe de précaution tétanisant.

Toujours est-il que la vie continuait. En France, le général De Gaule quittait le pouvoir, Pompidou s’installait à L’Elysée, le Premier Ministre Chaban-Delmas nous proposait sa « nouvelle société ». Le Concorde effectuait son premier vol, Gainsbourg déclarait cette année « année érotique », Hallyday chantait « Que je t’aime »… Et puis, et surtout le 21 juillet, « On a marché sur la Lune ».

Effectivement, la vie continuait ! La vie sportive notamment. Les clubs d’arts martiaux fonctionnaient (avec accès aux vestiaires, question d’hygiène). Si tel n’avait pas été le cas, on peut légitimement se demander si nous n’aurions pas été privés du formidable essor que nos disciplines ont connu à partir du début des années 1970 et jusqu’à maintenant, et si – à titre personnel – j’aurais pu effectuer le parcours qui fût le mien. En fait, chacun pouvait continuer à préparer son futur métier et à travailler pour lui-même et pour la société ! Continuer à enseigner pour ce qui concerne les professeurs d’arts martiaux, continuer à partager et à éduquer !

Quels souvenirs conserveront les actuels adolescents de cette année 2020 ? De leurs quinze ans, du lycée, des sorties entre copains et des premiers émois d’amoureux « masqués » ? Mais aussi d’un épouvantable confinement durant lequel nos rues ressemblaient à des lendemains d’apocalypse, fréquentées par quelques personnes qui se croisaient avec un laissez-passer en poche et  des regards suspicieux au dessus du masque (pour ceux qui pouvaient s’en procurer). Sans oublier l’apparition d’horribles formules qui ne favorisent pas le « vivre-ensemble » comme « distanciation sociale » et « gestes barrières ».

Certes en 1969, des gens mourraient de la pandémie, comme c’est le cas à chaque fois dans ce genre de situation dramatique, comme ça l’est cette année et comme ça l’est (tout simplement si je puis dire) chaque jour, quelque soit la période. La différence, lors des autres épidémies, c’est que des pans entiers de la société n’avaient pas été sacrifiés et détruits et que la vie de ceux qui étaient épargnés n’avait pas été massacrée d’une autre manière. Enfin, pas toutes les vies ; pas celles, par exemple,  des donneurs d’ordres qui ont leur salaire à la fin du mois.

Le Président a affirmé que (comme je l’ai déjà récemment fait remarquer) les dirigeants avaient préféré la santé à l’économie ; ce qui n’empêche pas, ni de nouvelles victimes, ni l’épidémie de repartir (d’après ce qu’on nous dit). Mais, tout le monde n’a pas bénéficié du même « traitement économique » ! Ils ne sont pas majoritaires ceux qui ont tout perdu, ou presque ;  heureusement, mais ceux-là se posent légitimement la question suivante : si un seul décideur ou un seul ministre ou encore un membre du fameux Conseil scientifique, était privé du jour au lendemain (je dis bien du jour au lendemain) de la totalité des ses revenus et même davantage, comment réagirait-il, comment agirait-il ? Prendrait-il les mêmes décisions ? Et resterai-il longtemps « sur la touche » ?

On va m’opposer que mes propos sont l’émanation d’une rancœur, que je fais partie de ceux qui sous-estiment de façon irresponsable la gravité de ce virus et que, pourquoi pas, je serais un adepte de l’existence d’un complot mondial.
Autant répondre par avance.

Concernant le premier point, il ne s’agit pas de rancœur, juste d’une forte incompréhension et d’un ébahissement sans limite sur une autre forme de violence que représente cette décision brutale prise le 16 mars, sans appel et  aux allures de couperet. Sans oublier les nombreux revirements, aussi rapides que troublants.

Sur la deuxième point, je ne sous-estime absolument pas la gravité de la maladie, mais mes craintes sont les mêmes que face au chauffard qui peut m’emplafonner en pleine ligne droite, que de succomber à une grave maladie, à un accident cardiaque, à une attaque terroriste ; je me souviens de 2015 où par deux fois je me suis trouvé exactement à deux minutes des drames, etc.
Bref, je n’ignore pas que je vais mourir un jour, ce qui ne me réjouit pas, d’ailleurs ! Non, c’est plutôt la gestion brutale de cette crise qui m’interpelle.

Enfin, concernant le troisième point, je ne suis pas forcément un adepte de la théorie du complot, mais cela ne m’empêche pas de m’interroger, sans forcément avoir une opinion tranchée sur le fait de savoir s’il s’agit de manipulation, d’hystérie ou d’incompétence ?

A propos d’hystérie,  je suis effaré par une couverture médiatique absolument disproportionnée et qui ne manque pas d’entretenir  une véritable psychose et une angoisse permanente. Tout cela  dans une ambiance au travers de laquelle une méfiance générale s’installe et qui va durablement modifier nos relations sociales.

Je suis attristé par ce que nous vivons, c’est pour cela que je ne suis pas mécontent que mon adolescence, cette période de la vie durant laquelle se bâtit l’adulte que l’on deviendra, n’ait pas connu ce que nos jeunes connaissent aujourd’hui.

L’humanité a vécu d’horribles périodes, entre les pandémies, les guerres, les séismes et autres catastrophes, mais est-ce bien raisonnable d’affirmer que notre situation actuelle pourrait être pire en se référant à ces catastrophes  passées ?

D’abord, nous devons toujours rechercher le meilleur pour notre vie quotidienne en société, ensuite nous ignorons la gravité de ce qui nous attend. On nous le répète à longueur de temps et cela se confirme  un peu plus chaque jour : nous allons connaitre une  terrible crise économique qui imposera à certains  des conditions de vie dont ils ne pourront  se satisfaire au motif qu’il y aura eu peut-être pire avant.

Justement, je sais que le bien le plus précieux reste la santé et je suis heureux que malgré les épreuves, je dois un peu près encore en bonne santé  ! Je sais aussi  que certaines situations peuvent altérer cet état, aussi je déplore la brutalité et l’inégalité  avec lesquelles cette crise est gérée.

J’en profite aussi pour souligner qu’il y a des affirmations plus faciles à tenir lorsque l’on n’est pas directement concerné !

Pour conclure et à propos des années qui passent, puisqu’il est question d’anniversaire, je citerai Jean d’Ormesson : « cela ne me dérange pas de vieillir, c’est encore la meilleure façon de ne pas mourir » !

eric@pariset.net

Un double W

Un deuxième W pour mon dictionnaire !

Voici une technique que j’affectionne tout particulièrement. Peut-être est-ce parce que je la maîtrise assez bien que je l’affectionne, ou bien est-ce parce que je l’affectionne que je la maîtrise ; il s’agit là d’une autre version de « l’œuf ou la poule ».

Waki-gatame appartient aux « kansetsu-waza », les techniques de clefs articulaires. Pour les néophytes, elles permettent de maîtriser une personne en lui infligeant une douleur plus ou moins importante en forçant l’articulation dans le sens où elle n’est pas faite pour cela. Quand j’étais enfant, on nommait ces moyens de soumission « arm-lock ». Cette appellation était d’autant plus magique et mystérieuse que nous n’avions pas le droit de pratiquer ces fameuses clefs.

La maîtrise de cette famille de techniques demande du temps, beaucoup de patience. Elles offrent deux avantages. Le premier d’être efficaces, le second de permettre la maîtrise d’une personne sans forcément mettre ses jours en danger. Cet aspect ne doit pas être négligé, sur le plan de la légitime défense et sur celui du respect de la vie, tout simplement.

Waki-gatame offre des opportunités debout et au sol. Son principe est de verrouiller l’articulation du coude avec l’aisselle, tout en maintenant le poignet de l’adversaire avec nos  deux mains ; elles sont l’un des deux indispensables « points fixes ». L’autre étant l’articulation de l’épaule.

On peut l’appliquer sur des attaques en coup de poing, sur des saisies de face et arrières, dans certaines circonstances au sol et bien évidement sur des attaques à main armée, notamment contre arme blanche.

Certains ne sont pas convaincus par l’efficacité des clefs. A ces doutes, j’opposerais deux arguments : d’abord celui de la persévérance dont doit être doté un pratiquant d’arts martiaux et ensuite parce que  je connais beaucoup de personnes (pas forcément des hauts gradés) qui ont pu échapper à des issues fatales grâce à des techniques de clefs comme waki-gatame.

Il est incontestable qu’il faut beaucoup de finesse et qu’une multitude de petits détails ne peuvent être ignorés, aussi bien en matière de précision que de postures corporelles. La persévérance dans leur étude apporte énormément de satisfaction et de récompenses.

Appréciant énormément cette clef, j’ai comme projet de créer un document qui présenterait toutes ses formes, mais aussi les différentes opportunités, les défenses et contre-prises qui y sont attachées. Vidéo ou petit livret, ou les deux !
A suivre…

Dictionnaire, la suite. W comme Waza.

Malgré des circonstances vraiment exceptionnelles – c’est le moins que l’on puisse dire -, je continue à décliner les lettres de ce dictionnaire qui touche bientôt à sa fin. Aujourd’hui, c’est le W qui est mis à l’honneur. W comme Waza.

Waza, voilà un mot couramment utilisé par les pratiquants et enseignants de ju-jitsu. On le traduit communément par «travail », mais utiliser « technique » est plus proche de la vérité et correspond mieux à ce qu’il représente réellement. Il est aussi moins rébarbatif que le mot travail qui, il y a quelques siècles, évoquait un instrument de torture.

Ceci étant, « technique » se traduit également par « jitsu » (ju-jitsu : technique de la souplesse). Le japonais, comme beaucoup de langues, possède plusieurs traductions pour un même mot ; avec sans doute quelques nuances.

Les trois grandes familles « de waza » sont l’atemi-waza : les techniques de coups, le nage-waza : les techniques de projections et le katame-waza : les techniques de contrôles. Ces trois familles se trouvent aussi bien dans le tai-chi-waza (techniques debout) que dans le ne-waza (techniques au sol).

La recherche de la finesse technique sera la quête de chaque pratiquant ; le geste parfait, réalisé avec précision et rapidité, mais aussi, n’en déplaise à certains, avec style et élégance. Personnellement je n’assimile pas le mot technique à ce qui est réalisé avec une unique brutalité.

Chacun des trois grands groupes offre des subdivisions. Dans l’atemi-waza il y a ce qui est pratiqué avec les membres supérieurs (te-waza) et ceux avec les jambes (geri-waza). Pour les projections, les sous-groupes sont nombreux, du koshi-waza qui qualifie les projections réalisées à l’aide des hanches, jusqu’aux techniques de sacrifice (sutemi-waza), en passant par les techniques de jambes (ashi-waza). Quant aux techniques de contrôles, elles réunissent les immobilisations avec l’osae-waza, les étranglements et les clefs avec respectivement le shime-waza et le kantsetsu-waza.

Chaque pratiquant a ses préférences. Il y a deux catégories de techniques que l’on affectionne plus particulièrement, il y a celles que nous faisons bien, nos « spéciaux » et celles qui nous font rêver, peut-être justement parce qu’elles représentent un challenge.

A titre personnel, j’apprécie les techniques qui regroupent trois critères : l’efficacité, l’esthétisme et la sécurité dans la pratique en opposition. J’ai un faible pour le nage-waza (les projections) ; quoi de plus beau qu’un uchi-mata parfaitement exécuté, par exemple ?

Certes, dans le combat de rue, lorsque sa vie ou celle d’un tiers en dépend, il n’est pas question de « faire dans la finesse technique », il est question de sauver sa vie ou sa dignité, ou bien celles d’une personne en danger. Mais, d’une part nous ne sommes pas agressés tous les jours et d’autre part la recherche de la perfection dans tous les domaines, y compris celui de l’esthétisme, demande des efforts, lesquels efforts seront forcément générateurs d’efficacité dans l’art et la manière de s’extirper d’une mauvaise situation. « Le beau est plus utile que l’utile » Victor Hugo.

 

V comme non-Violence !

Pour la lettre V de mon dictionnaire, j’ai choisi le mot « violence », plus exactement « non-violence ». Comme beaucoup je milite pour l’éradication de ce fléau, sans ignorer qu’il a toujours existé, les racines sont profondes et les raisons multiples. Cependant il n’est pas interdit d’espérer, tout comme il n’est pas question d’abdiquer.

Il ne s’agit pas d’un exposé sur les origines et les causes des différentes formes de violences, je me limiterai à mon domaine de compétence professionnelle et à l’impact positif que mon métier se doit d’apporter à la société. Je tiens à préciser qu’il n’existe pas que la violence physique, certaines violences mentales peuvent parfois être aussi redoutables, même davantage.

Chaque professeur, quelque soit sa place et quelque soit la discipline qu’il enseigne, a un rôle à jouer. Dans cette lutte l’éducation est fondamentale, elle permet de prendre le mal à la racine. Certes, cela s’inscrit sur du long terme, mais cet enjeu le mérite.

Les professeurs d’arts martiaux ont une responsabilité encore plus importante dans la mesure où ils enseignent des techniques de combat, certaines à l’issue pouvant être fatale. Elles devront donc être considérées et enseignées avant tout comme des armes de dissuasion et être utilisées exclusivement en dernier recours.

C’est toute la difficulté de la transmission de nos disciplines ; elle doit se faire dans un but éducatif et non destructif (bien que, comme indiqué plus haut, ce soit la vocation de la plupart des techniques). On ne répond pas à la violence par la violence. Je sais que cette phrase a été dite et écrite à de nombreuses reprises et que certains considèrent de tels propos comme empreints d’un angélisme inadapté, d’une naïveté déconcertante ou même, pour certains, d’un laxisme répréhensible. Ceux-là ne doivent pas être considérés comme des éducateurs responsables.

Etre contre la violence n’est pas forcément faire preuve d’inconscience ; lorsque l’on est agressé violemment, il faut être capable de riposter efficacement, avec un niveau technique et mental qui permet d’agir rapidement, mais avec nuance dans la mesure du possible, sans ignorer les notions de légitime défense et de respect de la vie.

Faire le constat que certains arts martiaux peuvent être utilisés à de mauvaises fins, ou enseignés de façon brutale, violente, est navrant ; heureusement, c’est le fait d’une minorité de personnes qui ne peuvent être considérées ni comme des éducateurs, ni comme des budokas. Dans leur immense majorité  les enseignants sont heureusement conscients de l’enjeu.

eric@pariset.net    www.jujitsuericpariset.com

 

Pour la lettre U de mon dictionnaire…

Pour la lettre U de mon dictionnaire c’est le mot Utile que j’ai choisi.

Cet article prend un sens particulier dans la période que nous vivons et particulièrement dans la situation qui est actuellement la mienne.

Chaque métier (je préfère ce mot à celui de travail) possède ses utilités ; la première étant de subvenir à nos besoins et à ceux dont nous pouvons avoir la charge. Ensuite, bien qu’il n’y en ait pas un qui soit inutile, certains métiers ont une influence plus directe sur le bien être de nos contemporains ou sur celui des générations futures. La médecine et la recherche en sont deux exemples.

De mon point de vue, viennent ensuite ceux qui sont liés à l’éducation. Je pense avoir la chance d’exercer une profession qui n’est pas dénuée de responsabilité, ni d’utilité. Et puis, « Professeur » est un beau titre (même si d’autres noms, plus administratifs que représentatifs remplacent cette belle terminologie). Certains n’ont pas hésité à l’appeler « le plus beau métier du Monde ». Comme dans beaucoup de professions, on ne peut échapper à quelques incompétences, c’est une autre histoire.

Dans les arts martiaux nous avons une triple utilité. L’éducation physique, l’aspect « purement utilitaire » (justement) avec la self-défense et enfin une formation mentale et morale.

L’éducation physique, avec des répétitions qui développent de façon harmonieuse les parties de notre corps qui sont aussi nos « armes naturelles ». Ce renforcement s’acquiert de façon plus agréable que par l’intermédiaire de machines inhumaines et austères. Et puis, cette pratique se faisant dans un « sens physique  naturel », les risques de blessures sont moins importants que celles provoquées par un développement disons « artificiel ». Nous ne faisons que révéler des qualités et des compétences intrinsèques. On obtiendra de la souplesse, de la tonicité, de la précision et de la vitesse dans l’exécution des techniques et dans l’acquisition des réflexes. On améliora aussi notre condition physique. Tout cela étant au service de notre « science du combat ».

Cette science, pour ce qui concerne le ju-jitsu, est utile sur un plan purement pratique (c’est son ADN), il faudrait être de mauvaise foi pour ne pas en convenir ; j’ai consacré un bon nombre d’articles sur le sujet, on peut les retrouver sur mon blog. Les techniques ont été souvent utiles à des personnes lâchement agressées (être agressé lâchement est une sorte de pléonasme).

Enfin, sur le plan mental, ce qui n’est pas le moindre, les bienfaits de l’exercice physique ne sont plus à démontrer. L’étude des arts martiaux (correctement enseignés) inculque des valeurs morales utiles à la vie en société ; enfin, un enseignement sérieux et ludique apporte un bien être général. Ce qui est bon pour la tête est utile et bon pour le corps.

Voilà les principaux bienfaits offerts par une pratique bien encadrée et correctement animée ; ces quelques lignes ne manqueront pas de faire la démonstration du caractère UTILE de ma profession (lorsque je peux l’exercer), j’en suis fier.

eric@pariset.net

T comme mulTiple. Suite du dictionnaire…

Continuer ce qui a été entamé ! Suite du dictionnaire.

Le 8 de ce mois, sur mon blog et sur Facebook, j’avais consacré la lettre T de mon dictionnaire au mot TECHNIQUE ; c’est en effet un des plus utilisés par les professeurs d’arts martiaux. Mais, d’autres mots et noms qui m’ont marqué me sont venus à l’esprit. Voilà un petit florilège positif pour compléter la vingtième lettre de l’alphabet : Tatami, Travail, Transmission, Tori, Tani-otoshi, Tsubame-gaeshi, Tomoe-nage, Tchoulouyan, Tissier, Tomiki. En négatif, j’évoque la Trahison et les Traitres, qui – même s’ils ne sont pas majoritaires – sont toujours de trop ! Ci-dessous mes définitions.

T comme Tatami tout d’abord ; un élément sur lequel j’ai passé une grande partie de ma vie ; en tant qu’élève, professeur, compétiteur, démonstrateur. Les tatamis que j’ai commencé à fouler à l’époque où ils étaient composés de feutres recouverts de bâches aux teintes improbables, en passant par les premiers « vinyles » sur lesquels nous nous faisions de mémorables brulures, pour finir actuellement par des éléments bien adaptés et aux multiples couleurs attractives. Le tatami, que je considère comme un de mes outils de travail.

Ensuite, justement, T comme travail ; avec, pour moi, deux significations principales. Tout d’abord, ce qui nous permet de vivre et à ce propos je préfère employer le mot « métier ». Il offre un indispensable moyen de subsistance tout en étant bien souvent utile à la société, surtout lorsqu’il s’agit d’éducation. La deuxième signification on la trouve dans sa traduction japonaise : waza. Atémi-waza : le travail des coups ; ne-waza : le travail au sol ; nage-waza : le travail des projections, etc. Une signification particulière à laquelle je consacrerai la lettre W de mon dictionnaire. Waza, qui se traduit aussi par « technique ».

On continue avec T comme Transmission ; comment ne pas évoquer ce mot qui est presque toute ma vie ? En premier lieu grâce à mon métier de professeur, mais aussi grâce à mes démonstrations et à la réalisation de supports techniques tels que les livres et les DVD.

On passe à T comme Tori. Tori, l’inséparable compagnon d’Uke. Celui « qui fait », celui qui exécute, celui qui a le dernier mot. Parfois, pour des raisons pédagogiques quelque peu simplistes, il est abusivement assimilé au gentil par rapport au méchant que serait Uke. Cette définition n’est pas juste dans la mesure où dans la pratique les rôles doivent être systématiquement inversés, et puis sans Uke, pas de Tori ! A l’occasion de mes nombreuses démonstrations, j’endossais avec fierté l’identité de ce personnage valorisant.

Je n’oublie pas certaines projections, comme Tani-otoshi et Tsubame-gaeshi, à cause de leur signification qui ne laisse pas insensible : « chute dans la vallée » pour la première et « le retour de l’hirondelle » pour la seconde ; quand la beauté poétique du verbe s’associe à l’efficacité. Cela en dit beaucoup sur la conception de l’art martial qu’était celle de nos glorieux fondateurs ; en serait-il de même maintenant, en serions nous capables ? Mais aussi T comme Tomoe-nage, le sutémi qui illustre à merveille le principe de non-opposition et celui de l’utilisation de la force de l’adversaire, tous deux chers au ju-jitsu.

Toujours pour cette lettre T et concernant des personnalités, je pense à Bernard Tchoulouyan qui nous a quitté (bien trop tôt) l’année dernière ; champion du Monde de judo en 1981 grâce à un esprit guerrier et à un judo d’une grande élégance ; Christian Tissier pour qui l’aikido a du être créé et avec qui j’ai partagé l’affiche de nombreux galas en France et à l’étranger. Enfin, Maitre Tomiki le créateur du Goshin-jitsu-no-kata.

Au risque de « gâcher l’ambiance » je pourrais évoquer- en creux – le T de trahison, en ayant été trop souvent la victime. Mais je ne le ferai pas. Je ne parlerai pas non plus des Traitres, ces personnages qui doivent abimer leur miroir chaque matin !

Pour clore avec une note positive, je finirai cet article par deux T. D’abord T comme Tradition, un mot forcément attaché aux arts martiaux qui respectent les codes (quelquefois galvaudés), et T comme Ténacité ; une belle qualité, surtout lorsqu’il s’agit de défendre ses idées, de lutter contre toute compromission et – c’est d’actualité – de se battre pour ne pas sombrer et repartir de plus belle à l’assaut. .

eric@pariset.net

Triste obligation

J’ai pensé partager la lettre que j’ai adressée à mes élèves hier. Je n’ajouterai pas pour le moment de commentaires à cet envoi porteur d’une très mauvaise nouvelle. Je vous la livre telle qu’ils l’ont reçue.
Les annonces d’hier ne changent malheureusement rien !

Chers élèves, chers parents,

Comme nous pouvions nous y attendre, c’est une terrible nouvelle que je suis obligé de vous annoncer. Il ne s’agit pas d’une décision, mais bien d’une obligation.

Le virus m’a épargné, pour le moment et j’espère qu’il en sera ainsi dans l’avenir, pour nous tous. Mais il n’a pas épargné notre dojo.

Je suis contraint de remettre les clefs à la fin de cette semaine. Il n’est plus possible d’additionner  les impayés de loyer et de faire face aux autres dépenses, sans plus aucune recette, surtout pour une toute jeune entreprise. Le loyer est très élevé et la propriétaire ne peut s’en passer. En absence de décret gouvernemental  et de jurisprudence il est tout à fait impossible de prendre le risque de ne pas s’acquitter d’une somme que je ne pourrais vraisemblablement jamais rembourser.

Le Président de la République dans son allocution du 16 mars dernier, au cours de laquelle il nous annonçait un confinement aussi brutal qu’inattendu,  avait déclaré que personne ne resterait au bord du chemin, « quoiqu’il en coûte ». Je ne suis pas au bord du chemin, mais au fond du ravin et il m’en coûte.

Cette nouvelle est terrible et revêt une forme d’injustice.
Terrible  puisqu’elle va me priver de mon métier et d’une indispensable source de revenu (je suis comme tout le monde) .
Injuste, parce je ne pensais pas mériter une telle issue et me retrouver dans une situation inextricable.

C’est donc dans quelques jours que je remettrai les clefs du dojo. Ainsi s’achève une aventure tout juste entamée. Ce n’est pas faute d’y avoir mis de l’espoir, de l’énergie et de la sueur (et mes économies). Aujourd’hui, nous sommes le 28 mai 2020, il y a tout juste un an, le 27 mai 2019, je signais un bail commercial (le fameux 3.6.9) pour ce local qui allait devenir le dojo que vous connaissez et que vous aimez.

Comment en sommes nous arrivés là ? C’est assez simple et il ne fallait pas être un grand devin pour savoir que mettre un pays à l’arrêt ne serait pas sans conséquences, surtout pour les secteurs comme le notre qui n’ont toujours pas repris et pour lesquels ont ignore  la date de reprise, et surtout  les conditions qui risquent de l’accompagner. Bref, une date de reprise qui aurait du sens.

Pour moi, il ne s’agit pas d’une décision, mais d’une obligation. Renoncer s’impose à moi. S’il n’y a pas d’utilisation de la force de l’adversaire il y a au moins une esquive qui évitera d’être broyé davantage, si toutefois cela est possible.

En effet, depuis presque trois mois que le club est fermé, il n’y a plus d’inscription, plus de recette, donc plus de revenu. J’exerce en tant que travailleur indépendant, sans salaire et sans droit au chômage, bien sûr.

Le dojo est une entreprise privée, elle a des frais fixes incontournables, ceux-ci n’ont pas disparu avec cette  fermeture administrative.

Dans notre secteur d’activité, nous sommes plusieurs professionnels à réclamer, non pas le report des loyers, par exemple, mais leur annulation pure et simple. Repousser des dettes qu’il nous faudra régler par la suite, avec forcément un chiffre d’affaire en baisse, ce n’est tout simplement pas possible, tout comme emprunter à la banque, pour peu qu’elle accepte de prêter, ce qui n’est pas mon cas puisque je n’ai pas de bilan à présenter, le dojo est une toute jeune entreprise.

Donc, mis à part continuer à occuper un local vide,  tout en accumulant des loyers alors que nous avons zéro euro de recette, et bien c’est tout simplement inenvisageable.

Et puis, l’avenir est peut-être plus grave que le présent (si cela est possible). D’une part, nous ne connaissons pas la date d’une éventuelle reprise. Au plus tôt, il serait question du mois de septembre. Mais d’autre part, et c’est peut-être le plus important, nous ignorons  les conditions attachées à cette reprise ; le fameux « protocole sanitaire ». Si les gestes barrières et la distanciation sociale sont maintenus, il sera tout simplement impossible de pratiquer les arts martiaux. Je sais que certains parlent de judo sans partenaire ou bien avec des mannequins,  par exemple, d’autres de rugby sans ballon ; à quand la natation sans eau et l’équitation sans cheval ?

Enfin, quelle sera la réaction des élèves et futurs élèves ? Pouvoir ouvrir est une chose, avoir suffisamment d’inscriptions qui rendent  viable l’entreprise, en est une autre. Il y aura d’abord les prochains mois d’été  sans rien, puis une  reprise avec une inévitable baisse d’activité. Il n’est pas non plus difficile d’imaginer qu’au moment de la sortie de cette crise sanitaire, nous allons en affronter une autre, économique et sociale cette fois, et d’une grande brutalité. Elle ne  manquera pas de faire beaucoup de dégâts, auprès des petites entreprises en l’occurrence et par « effet domino » pour beaucoup de particuliers.

Il faut prendre en considération que si les mesures nous imposent un nombre limité d’élèves par cours, cela posera forcément un problème de rentabilité et s’il faut engager du personnel pour pouvoir désinfecter après chaque passage aux  sanitaires (si toutefois leur utilisation est autorisée), s’il est obligatoire de mettre en place une sorte de sens giratoire, un fléchage au sol, etc. vous imaginez qu’avec la configuration de notre petit dojo, tout cela restera impossible à réaliser ou à assumer tout seul.

Justement, parmi les projets, il y avait celui de m’attacher un collaborateur de façon à ce que le dojo puisse évoluer sans que tout ne repose pas sur mes épaules, ce qui était pour ainsi dire le cas la première année, mais il s’agissait alors d’un risque temporaire ne pouvant s’inscrire dans la durée. Or, comment embaucher avec toutes les incertitudes évoquées plus haut et par là même  envisager de continuer de s’enfoncer de façon plus profonde dans l’endettement ? Cela  relèverait de l’irresponsabilité et tout simplement d’une faute de gestion.

Par rapport à d’autres établissements également touchés, notre dojo a comme inconvénient, je le dis à nouveau  au risque de me répéter, d’être tout neuf, ou presque.

Je sais que vous devez tous être déçus. Vous m’envoyez régulièrement des messages de soutien dans lesquels vous me faites part de votre déception et de votre colère (non pas à mon égard, mais vis-à-vis des évènements) si cet établissement devait  disparaitre.  Ce lieu de culture et de partage qui « collait bien » avec le quartier. Je vous laisse imaginer quelles sont mes déceptions et mes colères face à ce qui représente pour moi, un véritable désastre, avec une certaine  impression d’iniquité devant l’épreuve et que parfois l’esprit d’entreprise n’est pas récompensé.

Comme je vous le disais précédemment, j’ai eu le temps d’envisager tous les scénarios et d’étudier toutes les solutions, hélas sans succès !

Je ne vous cache pas non plus mon épuisement physique et mental suite à ces chocs émotionnels bien compréhensibles, lorsque sont  attaqués votre métier et sa survie, à fortiori quand il s’agit d’une passion qui vous est chevillée au corps depuis des décennies.

Nous n’aurons même pas eu l’occasion de fêter le premier anniversaire de ce dojo, comme nous avions eu du mal à nous rassembler à la fin de l’année pour cause de « grande grève », ce qui me fait penser que cette saison  n’était vraiment pas la bonne  pour se lancer dans une telle aventure. Je sais que de tels propos sont stériles, mais l’amertume n’est pas bonne inspiratrice.

D’autre part, je n’ignore pas qu’il y a des abonnements en cours.  Mais je suis obligé de faire preuve de la plus grande franchise à votre égard ; cette fermeture totale imposée et ses conséquences m’empêchent complètement de pouvoir procéder à quelque remboursement que ce soit. Les plus anciens d’entre vous connaissent mes défauts, qui sont nombreux, mais je crois avoir prouvé tout au long de ma vie et de ma carrière que l’honnêteté est une qualité que je peux m’attribuer sans aucune prétention.

Beaucoup d’entre nous, à l’occasion de cette crise, doivent faire face à des cas de force majeure, à des situations qui ne sont pas de leur fait ; tout cela génère des problèmes inédits et souvent irrésolvables. Je fais donc appel à votre compréhension et à votre mansuétude.

Je reste bien évidement à votre disposition par tous les moyens  de communication.

Je ne doute pas que certains et même beaucoup d’entre vous connaissent, eux aussi des moments pénibles. A tous, je souhaite bon courage et j’espère que rapidement nous pourrons  retrouver une vie normale avec des jours meilleurs.

Il n’y a plus grand-chose à ajouter, si ce n’est que j’espère que nos chemins  puissent se croiser à nouveau ; il ne faut jamais dire jamais. Pour ce qui me concerne, c’est près de mes proches que je vais me réfugier durant quelques temps et où j’espère bien récupérer une parfaite santé et trouver les moyens de me ressourcer.

Chers élèves et chers parents, je vous adresse, l’assurance d’avoir fait preuve d’un total dévouement que ce soit dans la gestion du dojo depuis son ouverture, que face à l’épreuve qui nous a été imposée par le destin. Mais « à l’impossible nul n’est tenu ».

Je vous adresse mes salutations amicales les plus chaleureuses et je vous dis à bientôt « ici ou là » !

eric@pariset.net

R comme Randori, suite du dictionnaire

Pour la lettre R de mon dictionnaire, j’ai choisi le mot Randori. C’est donc un article plus technique qui est proposé. J’aurais pu choisir R comme Respect ou R comme Reconnaissance ou encore R comme Remerciements, mais les lignes auraient été empreintes d’une certaine « négativité » face à quelques réalités.

Restons dans la « positivité » et revenons à « notre Randori ».

En guise d’introduction je propose une définition glanée sur Internet et qui me semble être un parfait résumé : « Exercice libre orienté vers l’attaque. Le randori permet la rencontre de deux partenaires dans une confrontation dont la victoire ou la défaite n’est pas l’enjeu ».

Le randori est sans doute l’exercice le plus important pour progresser et le plus agréable à pratiquer à condition de le faire avec un partenaire habité par un état d’esprit identique.

Le randori existe dans la plupart des arts martiaux, qu’ils soient ou non à but compétitif. On peut traduire ce mot par « exercice libre ». Libre dans l’utilisation des techniques et leurs enchainements, dans l’adaptation aux situations. C’est à la fois un exercice de perfectionnement technique et d’amélioration de la condition physique mais c’est aussi un moment de vérité où l’on peut se tester dans une situation d’opposition, même si cette opposition est codifiée pour des raisons évidentes de sécurité, entre autres. Je le définirai comme un exercice d’opposition codifiée à thème.

Il est important pour trois raisons principales. D’abord il permet de progresser dans l’attaque et la défense, ensuite il participe à l’acquisition et au renforcement de la condition physique et enfin, s’il est fait dans un bon état d’esprit, on prend beaucoup de plaisir dans une opposition aux allures de jeux. On peut ainsi mesurer les progrès ; par exemple, le jour où il devient possible de projeter quelqu’un alors que cela ne l’était pas quelques temps avant.

En ju-jitsu, les trois principaux thèmes sont le randori d’atemi (les coups) le randori de projections et le randori au sol. Ils permettent de se perfectionner dans chacun de ces trois domaines en toute sécurité. A titre personnel, je suis contre un exercice d’opposition dans lequel tout est autorisé. A ceux qui ne partagent pas ce point de vue au motif que dans la réalité tout est permis, je réponds que la réalité c’est la réalité et que l’entraînement c’est l’entraînement. Dans ce dernier, les consignes d’efficacité et de sécurité sont indissociables. Une pratique constructive se fait en limitant les situations dans lesquelles les risques de blessures sont plus importants.

Dans ces affrontements qui sont essentiellement axés sur le renforcement du système d’attaque, il est évident que l’on travaille aussi la défense. Ne serait-ce que pour proposer à son partenaire une opposition correcte.

Je concluerai en soulignant que chacun des trois principaux secteurs évoqués (coups, projections et travail au sol) possède ses particularités dans le plaisir procuré. Pour le travail des projections, arriver à « faire tomber » quelqu’un à l’aide d’une belle réalisation ou un enchaînement ou encore l’application du fameux principe action-réaction est une joie que seuls ceux qui la connaissent peuvent en attester. Dans le travail au sol, l’affrontement est différent dans la mesure où, ne réclamant pas autant de vitesse d’exécution, il offre la possibilité de « fourbir » sa stratégie, de préparer plusieurs « coups » à l’avance, de prendre son temps dans l’action et dans la satisfaction. Enfin, et pour terminer, on peut établir un parallèle entre le randori « coups de poings et pieds » et une conversation. « L’assaut courtois », tel que l’on nommait cet exercice du temps de Charlemont, le fondateur de la boxe française, peut s’assimiler à une discussion au cours de laquelle les deux protagonistes éviteraient de parler en même temps, sans pour autant se priver de défendre leurs propres arguments en coupant la parole (poliment) s’il le faut, mais au cours de laquelle ne serait prononcé aucun « gros mot ».

Alors, lorsque les entraînements reprendront, n’oubliez pas les randoris