Une rentrée…

 

photoUne dernière petite photo de mer et de ciel bleu, non pas pour remuer le « tant? dans la plaie » pour ceux qui reprennent cette semaine, mais tout simplement pour les bons souvenirs que représentent l’air marin et le ciel bleu. Alors, la rentrée, évoquons-la ! Tout d’abord, voilà un bel exemple de marronnier qui en terme journalistique signifie un sujet qui revient de façon récurrente, pour ne pas dire redondante, chaque année à la même période. Le guide des vins, celui des hôpitaux (il n’existe pas forcément de lien entre les deux), les soldes, etc. La rentrée scolaire en fait partie (et puis cela tombe bien, c’est la saison des marrons) avec ses variantes que sont la rentrée sportive et la rentrée tout court. Bref, c’est souvent le moment d’acter les bonnes résolutions prises pendant les vacances, vacances durant lesquelles s’opèrent souvent des prises de conscience au contact d’amis que l’on a enviés pour leur bonne forme physique exempte de toutes autres formes. Ou bien encore grâce à leur pouvoir de persuasion sur les bienfaits de la discipline de combat qu’ils ont pratiqué tout au long de la saison passée. Ce billet s’adresse aux novices, à ceux qui n’ont pas encore pratiqué les arts martiaux, ou alors, il y a longtemps. On se dit qu’après tout, pourquoi pas, il faut se bouger, et se lancer dans un art martial offre beaucoup d’avantages. D’abord, cela se fait en intérieur, garantissant un certain confort pour les journées pluvieuses de l’automne et celles rigoureuses de l’hiver, comme celles que nous pouvons connaître dans nos régions. Ensuite cela permet d’allier l’utile à l’agréable. Apprendre une méthode de défense, entretenir son corps et, si l’état d’esprit est bon dans le club (ce qui est souhaitable), c’est un plaisir que de s’y rendre et de partager un agréable moment au cours duquel l’amitié s’invite régulièrement. Sans pour autant tomber dans une ambiance à la décontraction trop importante, qui sera incompatible avec une pratique sérieuse et sécurisée. Au moment de choisir, il ne faudra pas oublier que justement le choix du professeur est tout aussi important que celui de la discipline. Un bon outil utilisé par un mauvais ouvrier ne donnera rien de bon ! Si malheureusement le novice n’est pas en mesure de juger le niveau technique de l’enseignant (parfois camouflé sous des titres ronflants, mais absolument creux), il doit être capable de juger l’ambiance générale. On a coutume de dire que la première impression est la bonne, alors peut-être faut-il se fier à cet adage, mais qui, comme les autres, comporte sa marge d’erreur ! N’oublions pas non plus la réputation ainsi que les avis des adhérents. Maintenant il est aussi indispensable de hiérarchiser ses propres priorités. Savoir ce que l’on recherche en premier. L’aspect utilitaire, l’aspect physique, un bien-être intérieur. Sachant que ces données restent intimement liées. Et puis, il faudra s’assurer que la pratique de la discipline permettra de se rendre entier au travail le lendemain, tout simplement s’y rendre. Enfin, et je prêche assez naturellement pour notre art, en insistant sur le fait qu’une discipline aux racines profondes, aux fondamentaux (techniques et mentaux) solides et qui a fait ses preuves au cours des siècles, s’impose comme une garantie. Le système de grades qui s’y attache est plus important qu’il n’y paraît. Pas simplement pour gravir ces échelons ? ce qui de toutes les façons représente toujours une satisfaction ?, mais parce qu’ils sont forcément attachés à une méthode, à un programme, à une progression. Et puis, ils seront autant d’objectifs générateurs de motivation, donc de régularité.

Pour moi, cette année, il s’agira d’une rentrée… sans rentrée et cela pour la première fois depuis quarante années ! Un arrêt qui ne sera vraisemblablement pas définitif, et durant lequel je pourrai m’occuper de ju-jitsu de manière différente. Cela n’empêche pas une certaine nostalgie à ce moment de l’année si particulier, où l’on retrouve avec un immense plaisir les anciens et où de nouvelles vocations vont voir le jour sous notre responsabilité ; elles seront autant de nouvelles relations, riches dans leur diversité. Et puis, pour un enseignant, parmi les moments gratifiants de ce métier, il y a celui de constater les progrès de ses élèves au fil des mois et des saisons.

Alors, excellente rentrée à toutes et à tous !

 

Commentaires

  • Reflexion a marteler encore et encore afin d informer le plus grand nombre que le jujitsu est la matrice et la quintessence des budos modernes et non une synthese plus ou moins heureuse de ces derniers. Chaque champ doit etre pleinement investi pour garantir l identite de notre discipline millenaire.
    BRAVO POUR CETTE PUBLICATION.
    Pascal Jacobee – Nouvelle Caledonie.

  • Oups ! Mon precedent commentaire concerne la reflexion developpeesur l Ate waza.
    Pour ce qui est de cette rentree, je comprends ton emotion mais tu restes le patron, le chef de file du Jujitsu francais et cette nouvelle situation

  • te permettra ceetainement d avoir un regard different sur le groupe et la discipline que tu portes depuis si longtemps. Je suis certain que c est le debut d une nouvelle aventure et d une nouvelle dimension.
    Et puis comme tu le dis, rien n est definitif.
    Nous sommes de tout coeur avec toi.
    Depuis le bout du monde.
    Pascal Jacobee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.